LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Jeu 10 Nov 2016 - 20:48

souvenirs, souvenirs ... Avec un brin de nostalgie ...


J'ai  trouvé dans un article d'une vieille revue d'origine Belge, une étude comparative entre le revolver COLT Python (Prononcez ... PFFAAÏÏFFOONN) et le revolver S&W modèle 27. Tous deux en .357 MAGNUM.
Cela m'a donné l'idée de monter un dossier le plus complet possible sur cette arme mythique.
La première fois où j'ai eu l'occasion d'en voir un, c'était mon président de club qui l'avait en sa possession

Il tirait le pistolet sport avec cette arme, un 6". Il n'y faisait d'ailleurs pas beaucoup d'étincelles. La faute à la répartition des masses de l'arme conçue pour tirer des .357 "pur sucre". Donc pour limiter le relèvement, cela imposait aux concepteurs de prévoir un canon plus  lourd doté d'un contrepoids usiné dans la masse et d'une bande ventilée taillée elle aussi dans la masse. L'arme étant revêtue d'un bronzage très profond avec des reflets bleutés.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Le revolver Colt Python calibre .357 MAGNUM monté d'un canon de 6", une arme d'homme !

Là où commence la réalité sans empiéter sur la légende.

Nous, les jeunes tireurs,  bavions devant cette arme auréolée de petites histoires qui furent longtemps entretenues par le cinéma d'Alain CORNEAU "Police Python .357" où l'on peut voir Yves Montand, en policier moderne porter de manière quasi permanente son .357 dans un étui de couleur fauve, en provenance directe de chez Gil Holsters*, rechargeant ses cartouches ... avec une presse Lyman SPARTAN  équipée un coup oui; un coup non !

Dans la phase technique il manque notamment le tube distributeur d'amorces lui-même (alors qu'il est présent dans d'autres scènes !?) qui permet de présenter chacune de ces dernières devant le puits d'amorce sans la toucher. Ce qu'au contraire Montand/Ferro ou tout autre opérateur fait contraint par l'absence du tube. Chaque rechargeur, sur ce forum sati qu'il ne faut pas toucher avec ses doigts la composition fulminante contenue dans l'amorce au risque que les traces papillaires créent des sulfures qui seront préjudiciables au bon fonctionnement de la chaîne pyrotechnique de la cartouche.
S'agissant de cartouches de service, on peut penser au pire, loi de Murphy oblige, à une neutralisation de l'arme après un pffuuiitt qui serait assez puissant pour faire sortir la balle qui viendrait s'encastrer dans le cône de forcement du canon ... neutralisant l'arme au niveau de l'entrefer.
Ne souriez pas, cela m'est arrivé au stand une fois avec une amorce foireuse ...

Puisque nous en sommes aux cartouches rechargées. Il est équipé pour couler ses balles. Des Wad CUTER avec un moule mono cavité de chez Lyman ... son four électrique qui est aussi un Lyman permet d'atteindre les températures adaptées à la fonte du plomb ... Par contre, il se sert d'un deeper pour couler ses balles. Mes avis qu'il ne doit pas en avoir beaucoup de réussies. Car le plomb a le temps de refroidir avant d'arriver dans le moule


Il y a guère de place entre le professionnel aguerri et l'amateur éclairé.   
Je ne dis pas çà pour Montand qui joue très bien son personnage. Mais autour de lui; dans l'équipe de la production, il y a des gens qui n'ont pas fait leur job !
Venons-en maintenant à l'encadrement des tirs. Le costaud qui sert de moniteur ne dit rien et pourtant, il y a toujours à dire, le pro qui s'entraîne a toujours besoin  de conseils éclairés 

En ce qui concerne le tir rapide, Ferro en commet 4 très rapprochées !

 1  - lorsque le "stagiaire" remet son arme à l'étui, il ne se tourne pas vers les cibles mais fait faire à son arme le tour de sa hanche pour venir remettre son arme chargée à l'étui, dont il ne connaît pas la position (... !?!)
Ce faisant, il fait passer le canon de son arme en direction de son pied droit ... après avoir fait passé le canon  devant sa main gauche; 3  fautes de sécurité ! (voir le film au ralenti)?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

photo ci-dessus-

Une fois l'arme rechargée, barillet verrouillé dans sa cage, le tireur doit de retrouver pieds parallèles aux cibles pour remettre son arme à l'étui

Ce n'est pas comme cela que j'ai appris pour apprendre au autres. Le stagiaire doit une fois son arme rechargée doit se tourner vers les cibles son arme toujours dans la main forte après l'avoir chargé et avoir fermé le barillet il devrait faire une demi rotation vers la gauche (pour un droitier) sur ses pointes de pieds entre la position de l'arme tenue à bout de bras jusqu'à son étui sans se servir de la main faible. Ce qui fait faire à la bouche  un passage  au dessus de cette dernière (autre faute de sécurité) après avoir pris la direction de sa main gauche (revoir la vidéo avec une lecture lente).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


2-  lorsqu'il (Ferrot) prend la position du tireur de riposte à 7m, ça n'a rien de professionnel. D'abord il hésite puis son pied gauche  quitte le contact du sol et SURTOUT en sortant l'arme il ne pratique pas l'avancée rapide du coude et de l'épaule (exit la bascule de l'étui) (photo ci-dessous)
de toutes façons, la police n'a jamais eu d'armes adaptées au tir en rafales sauf la mini 1 





Photo ci-dessus. Arrêt instantané sur "la" faute de sécurité qu'il ne faut pas commettre ... au risque de s'entendre dire par les monos du CNT de commander "1kilo de bascule d'étui au BHV"!

ce qui provoque la plus catastrophique faute de sécurité ( passage de la bouche du  canon devant la section d'un membre (haut de la jambe ...).
Que fait notre oiseau bleu des mers du Sud ? Rien.
A l'évidence, son rôle n'est pas scénarisé et il est là pour faire la potiche !
Et le spectateur n'y voit goutte non plus. Car un plan de coupe est venu judicieusement faire que le film ne soit pas entaché par cette scène en coupant l'action du tireur vu de l'avant par une scène où dans un plan plus resserré on voit le tireur Montand/Ferrot tirer 5 cartouches dont deux sont à côté de la cible !

Circulez. y'a rien à voir...

Il y a autre chose qui m'a interpelé, c'est que jamais pendant le film, l'arme n'est chargée.Je comprends très bien que d'une part nous sommes au cinéma. Pour autant, des fausses cartouches auraient fait l'affaire. A Hollywood, les armuriers disposent des Five in one qui sont bien adaptées pour ce genre de situation; les scènes où cela se voit bien c'est sur le parking du supermarché.
Il commet plusieurs fautes dont une qui  me paraît être celle d'un stagiaire, il pose son arme, marteau armé, sur siège passager de la voiture de service. une 404 Peugeot; la voiture de police s'il en est dans ces années là.
Au passage, notez que cette voiture prend un giclée de 9X19 tirée avec un PM MAT49 Que voilà une arme que j'abhorrai prendre en voie publique ! Il fallait être d'une force efficace pour contrôler cette arme et tirer en police crouch pour contrôler son relèvement qui était très important. 
Alors, à qui veut -on faire croire que la giclée tirée par un voyou par essence peu entraîné, serait toute restée dans la calandre. 

Il y a guère de place entre le professionnel aguerri  et l'amateur éclairé.   
Je ne dis pas çà pour Montand qui joue très bien son personnage. Mais autour de lui; dans l'équipe de la production, il y a des gens qui n'ont pas fait leur job !
Venons-en maintenant à l'encadrement des tirs.  le plastron qui sert de moniteur ne dit rien et pourtant, il y a toujours à dire, le pro qui s'entraîne a toujours besoin  de conseils éclairés !



Que fait notre oiseau bleu des mers du Sud ? Rien. Et le spectateur n'y voit goutte non plus. Car un plan de coupe est venu judicieusement faire que le film ne soit pas entaché par cette scène en coupant l'action du tireur vu de l'avant par une scène où en plan plus resserré on voit le tireur Montand/Ferrot tirer 5 cartouches dont deux sont à côté de la cible !

Circulez ! Y'a rien à voir !

Il y a autre chose qui m'a interpelé, c'est que jamais pendant le film, l'arme n'est chargée.Je comprends très bien que d'une part nous sommes au cinéma. Pour autant, des fausses cartouches auraient fait l'affaire. A Hollywood, les armuriers disposent des Five in one qui sont bien adaptées pour ce genre de situation; ça se voit bien sur le parking du supermarché (entre les plans, on aurait pu charger l'arme avec des gummies (munitions de manip,,,)  
Il commet plusieurs fautes dont une qui  me paraît être celle d'un stagiaire, il pose son arme, marteau armé, sur siège passager de la voiture de service. une 404 Peugeot l voiture de police s'il en est dans ces années là l

Au passage, notez que cette voiture prend un giclée de 9X19 tirée avec un PM MAT49. Que voilà une arme que j'abhorrai prendre sur la VP. Conçue pour tirer exclusivement en tir automatique,,, cette arme était avant tout une arme d'obédience militaire dont on se servait pour arroser un point. Loin des préoccupations légales des policiers et des gendarmes... comme les douaniers avaient dans ces années, la possibilité d'ouvrir le feux de manière distincte des policiers 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />" />
un Python chargé, ça se voit , comme sur tous les revolvers.
       
Bref, Yves MONTAND alias l'inspecteur Marc Ferrot joue un flic atypique, solitaire et renfrogné, vivant beaucoup plus avec son arme qu'avec une femme. Toutes ses attitudes  et ses choix de vie vont participer pour faire de lui, le coupable idéal.

Femme par ailleurs qu'il va rencontrer. Cette dernière va être favorablement aidée par la négligence du détenteur de l'arme qui transgresse les règles concernant la sécurité de son arme. Profitant d'un moment où le "guerrier se repose" après l'amour, elle lui subtilise son arme pour aller s'amuser dans un poulailler (exemple bien choisi) à déquiller quelques gallinacées... Femme qu'il va rencontrer, à l'occasion d'un reportage sur le vif, femme encore qui est la maîtresse de son patron (François Perrier) dont la femme invalide, est jouée par Simone Signoret, inoubliable Casque d'or !



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


J'ai pu, plusieurs années après (9 ans) la diffusion de ce film, regarder les vidéos d'entrainements qu'avait suivis MONTAND au CNT PN Mc Donald, pour se préparer au tournage du film.

le revolver PYTHON chez les pros sur le parcours moniteur du CNT PN Mc Do



Voici plusieurs scènes qui démarrent le film. Toutes celles qui concernent l'entrainement au tir, ont été réalisées sur le grand plateau au fort de Montlignon.
Montand a déjà suivi un entrainement poussé (rien qu'à voir les gestes qu'il pratique) On retrouve bien cette gestuelle du CNT lors des tirs à 7m, notamment. Sur les autres postes de tir aussi d'ailleurs. Notamment au tir derrière l'abri haut.
Il est dommage qu'il ne tire que des Wadcutter. L'arme ne bouge pas, signe que les cartouches sont des .38 WC quant à la fumée elle est caractéristique de la Ba10 !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Pour le tir rapide, le  canon doit être bien parallèle au sol. Si l'arme a été bien chaussée, et que la position est bien bloquée, les 5 impacts sont dans la carte à jouer ! Si l'on n'est pas dans la cible, il faut jouer avec le bassin qui sert d'axe de rotation et sur le côté en glissant sans quitter le contact du sol, le pied opposé à l'endroit où on touche la cible bien que tout mouvement du bas du corps soit à proscrire une fois l'arme sortie de l'étui !

Il ne faut pas s'attarder, le temps accordé pour tirer le parcours complet est de 6'.

Le parcours moniteur se tire en 9 positions de 5 cartouches chacune avec doublement du tir de riposte "tir rapide". Un temps accordé total est de 6'. Le temps accordé pour tirer les 2x5 cartouches et recharger son arme (2 fois) à 7m est de 25'' pour les moniteurs, 20'' pour les Professeurs (éliminatoire pour l'obtention de cette qualification si temps dépassé).'Ensuite. Progression au pas de tir 35m. Le chrono redémarre au coup de sifflet, pour le reste du temps (6'moins le temps pris au pas de tir 7m).

L'acteur bien entrainé par les professeurs et moniteurs de tir du CNT, reproduit les gestes appris en évitant les fautes de sécurité; quant au résultat puisqu'on ne voit pas qui tire, disons qu'il est plus qu'honorable .

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

La sortie d'arme avec la bascule d'étui chère au cœur de tous les fonctionnaires qui ont été formés à cette technique de tir, ci-dessous. Nous la détaillerons dans un paragraphe plus loin dans ce post.

Ensuite dans la continuité du tir, le tir à 35m, sur le ventre dont la prise de position est susceptible d'entrainer plusieurs fautes de sécurité. Le tir assis, qui est la troisième position du parcours à 25 m est shooté il n'amène rien d'autre que le risque latent de faire des fautes de sécurité;  ça n'était pas le but.
Puis le tir derrière un abri haut côté main forte où la main faible qui prend appui avec la paume sur la protection haute le pouce de cette dernière formant support de de l'arme à l'intérieur de la pince.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Une position très académique apprise à Quantico à l'Académie du FBI par M. Raymond Sasia  est très bien reproduite ici par l'élève avec le corps positionné de profil par rapport à l'abri et complètement protégé par cet abri haut, un arbre par exemple, ou un angle de mur ...
Aujourd'hui, il ne viendrait pas à l'esprit d'un formateur de demander à un stagiaire de tirer 5 cartouches dans la même position même derrière un abri, fût-il haut !
Autre temps, autres mœurs !
L'enchainement main droite main gauche n'est pas montré ici. Trop technique, certainement! Pas nécessaire de connaître le changement de main derrière l'abri pour Montand qui n'était pas là pour devenir moniteur.

Progression du tireur au sortir de l'abri à gauche pour aller tirer à genoux assis ou bien debout; Tirer, recharger son arme et se relever pour engager la cible 5 fois dans cette position, le tir à 2 mains en double action était autorisé dans la position crouch police.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

tir sur un véhicule dans la position police crouch  ...
ici, l'acteur a choisi de se servir de son bras gauche comme indicateur de  direction en parallèle avec le bras qui tient l'arme ...

Mais revenons au tir de riposte à 7m appelé tir rapide pour analyser plus avant cette technique.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ci-dessus, une photo sortie du film que nous allons détailler quelque peu !

Le chassé de la veste que l'on avait pris la précaution de lester avec des plombs ou tout autre objet lourd ... est très ben fait.
Remarquez, et ce depuis le début de la séquence qui va continuer par le tir de 5 cartouches, comme le corps tout entier participe au tir dans les conditions de la légitime défense; la tête est droite, le regard n'a pas quitté des yeux l'objectif  qui est armé.
La position du corps étant prise au début de la phase du tir de riposte, les jambes étant écartées au point que lors de la sortie de l'arme ne pourra s'effectuer qu'en pratiquant la bascule de l'étui provoquée d'abord parle passant de ceinture du  pantalon servant à bloquer l'étui et par une avancée rapide de l'épaule et du coude pour éviter le passage du canon de l'arme devant la jambe forte en servant du poids de l'arme vers la fin du mouvement vers l'avant pour l'amener dans la position de tir.


La sortie de l'arme qui a été saisie fermement et définitivement lors de son retour vers l'avant par la main forte, après le chassé de la veste. L'arrachement de l'étui qui n'est pas adapté puisqu'il a une bride, va être provoqué par un avancement très rapide du coude et de l'épaule. faisant basculer la pointe de l'étui vers arrière et son blocage par la passant de ceinture
L'extrémité du canon étant sorti de l'étui, la fin du mouvement d'avancée rapide du coude et de l'épaule permet  à l'extrémité du canon de l'arme de décrire un arc de cercle autour de la jambe droite du tireur.

La prise de position définitive (par l'auteur de la méthode)

A noter la position du bras et de la main faible et de leurs rôles respectifs :

- le bras sert de balancier et participe à l'équilibre
- il peut servir à écarter tout individu non armé qui chercherait à bousculer le policier dans sa phase d'action.
- il sert à mettre à écarter une VIP dont le policier est responsable au niveau de la sécurité au moment de l'agression
- il sert aussi, pour  la main plus particulièrement, à donner au haut du corps sa direction !
Enfin, le bras gauche peut venir soutenir le bras qui tient l'arme en supination sous le coude  ou faire rentrer ce dernier vers l'intérieur afin de  bien bloquer la position et faire jouer le rôle d'amortisseur au bras qui tient l'arme ainsi qu'à l'épaule pour permettre une remise en ligne effective et continuer le tir efficacement. Voire la photo de face de la position plus bas ...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]"

Trois photos prises au moteur sortie du livre LE TIR RAPIDE de Raymond SASIA
 édité à compte d'auteur qui montrent ici (photo1) le 1/4 de cercle effectué par le canon de l'arme autour du pied et de la jambe concernés. Pour éviter une "fémorale" ...  
A noter, le petit encart photographique dans la dernière photo, où l'on voit l'armé et le chargement du pistolet automatique d'ancienne génération, non doté d'une platine sélective qu'il était interdit de porter cartouche chambrée ...

vue de face :

- Surtout pas ça !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Parce que les résultats en cible sont facilement prévisibles avec des munes "pur sucre", il va y avoir des impacts partout !
Compte tenu de la pente du terrain, une Position Weaver aurait été plus adaptée ou peut-être une position crouch police comme celle que prend Montand lorsque le véhicule lui fonce dessus et qu'il tire dans le moteur. Je n'ai jamais vu un policier durant ma carrière se placer de telle façon !

Plutôt ça :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

On a vu le rôle du bras gauche pour un droitier, supra. Nous pouvons voir ici que le coude du bras droit est posé sur la main gauche en cuillère qui tire le bras porteur de l'arme vers l'intérieur du corps !

Mais abordons la description de la position. Grâce à cette photo, on peut voir que le bras qui tient l'arme a  bien centré celle-ci aidé au niveau du coude par la main opposée qui ramène l'ensemble dans l'axe du corps poignet est cassé vers  la bas pour amener le canon du revolver parallèle au sol.
Alors que pour un pistolet, le poignet doit pousser vers le haut. L'arme doit avoir le canon parallèle au sol.

Cette position nécessite des heures d'entraînement face à une glace (faire la prière) et ne peut être efficace qu'à compter du moment que chaque point de la technique sera maîtrisée ...

Une fois que cela sera effectif, la technique peut évoluer :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lorsque la position est définitive, l'arme doit apparaître dans le champ visuel du tireur et c'est à partir de l'image qu'elle renvoie que le tireur doit bouger le haut de son corps pour la mettre en ligne avec la cible.

Il existe de nombreuses techniques de tir. Toutes trouvent leurs origines aux USA.

 De la méthode Bill Jordan (policier du BORDER PATROL) qui prônait le tir instinctif à la hanche  à celle préconisée par Massad Ayoob voire celle de Hank SLOANE, sans oublier la technique (excellente et très précise de tir des Mexicains (Yaqui); la plus célèbre étant la Weaver Stance qui fût utilisée la première fois par le Deputy Sherrif Jack Weaver lors d'un match en Californie. Toutes ses techniques sont le fruits de l'expérience des personnages qui sont nos comtemporains.
Jeff Cooper à l'Arroyo Ranch (Colonnel des Marines US) aidé dans un premier temps par Chuk TAYLOR avant que ce dernier ne prenne son indépendance et ouvre sa propre institution, firent beaucopup pour développer les situations où le porteur d'arme se doit de réagir; qui plus est le port d'une arme dans un lieu public donnent des attitudes qui font que cette personne sera la premiière à être engagée par tout délinquant qui l'aura repérée avant d'entrer en action.


LE TIR A DEUX MAINS!

Cela se passera 9 ans plus tard, sur mon stage de Mono. Une fois tous les examens passés, M. MEZIERES alors responsable de la pédagogie au CNT, vint devant nous pour nous dire qu'il fallait tout oublier de ce que nous avions acquis bascule d'étui comprise. Puisque très rapidement, un an après tout les monos ayant été recyclés, (perso, j'ai fait ce stage de recyclage à Antibes) la police allait utiliser la technique de tir à deux mains avec appuis décalés ! 


La remise à l'étui 
... de l'arme ne se pratiquait plus de cette manière ! Revoir le film  et remarquez comment il pratique la remise à l'étui de son armeotamment après le premier tir de riposte et entre les deux tirs à 12,50 m ...
Il fait sauter son arme dans la main, la pince de cette main vient se mettre en opposition à la crête du marteau, ensuite, il ne connaît pas la position de son étui ... donc, il quitte la scène du regard, pendant tout le temps où cela va se passer !
 Déchaussage de l'arme et vérification qu'en remettant l'arme à l'étui, le marteau ou le chien n'aurait pas été positionné à l'armé par une action intempestive sur la détente. 

Ce qui me paraît exagéré car il est impossible d'armer la masse percutante et de la faire s'accrocher au cran d'armé avec la détente... Exit tout de même les sabots de détente et autres détentes larges conçues par S&W pour ces modèles de compète. Ainsi que les masses percutantes des revolver (chien ou marteau) à crêtes élargies.

Au niveau de l'habillement il fallait prévoir des vêtements suffisamment serrés ainsi qu'une poche cousue sur la jambe droite pour un droitier, pour mettre les 50 cartouches du parcours.

A contrario, faire partir un coup de feu au sol en remettant l'arme à l'étui, était tout à fait possible; le  stagiaire laissant  son doigt sur la détente et qu'il s'accroche en remettant son arme à l'étui dans des vêtements trop amples.
Il en va de même pour l'étui que nous utlisions, un étui à dégagement rapide.
Tous les vieux flics avaient cette habitude qui avait disparu de la formation 9 ans après.

Quoiqu' en soit, il a bien fallu que des hommes se mouillent pour imposer l'entrainement des professionnels. Farbairn et Sykes, anciens policiers de Hong-Gong, devenus experts en combat de rue furent les premiers formateurs-INSTRUCTEURS.
Chargés de l'entraînement des Commandos (ceux qui débarquèrent sur la plage OUISTREHAME ...   dans les landes Ecossaises, ils  développèrent une technique de tir que le FBI, alors sous la coupe d'Edgard Hoover adopta. S'il existe un Paradis des tireurs, ils y sont avec Jeff Cooper ...  une pensée pour les pionniers !

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
RETOUR SUR LE COLT PYTHON


J'ai fini par craquer moi aussi.

Entre temps, j'avais acheté un Python d'occasion dont le premier propriétaire venait d'acheter un S&W .44 MAG en acier stainless. Un quatre pouces de toute beauté et dont la précision ne m'a jamais joué de mauvais tour.

Il faut dire que j'aimais bien lui monter des .38 Sp avec des balles SWC en lino pur sorties d'un moule RWS de 150gr (158gr une fois graissées) calibrées à .355'' poussées par une charge de poudre Ba9 ou Tbis, ...
Enfoncées jusqu'à la gorge de sertissage de la balle + sertissage roulé avec un léger coup de sertissage conique pour éviter les munitions "inchambrables" dues à la lèvre de l'étui qui a tendance à gonfler !
Les chambres des revolvers Colt ont pour principe d'être étroites donc à une côte mini !
Ainsi, j'ai eu l'occasion de l'essayer au tir rapide à 7mètres. Cette arme dont la fragilité relative me disait clairement qu'elle n'était pas faite pour cela. Sauf à la serrer comme un malade pour faire sortir du jus de crosse. Avec des mains moyennes comme les miennes, déjà que l'axe de la pente de crosse fait un angle faible par rapport à l'axe du canon, le recul en plus et le fait de le serrer beaucoup plus, sans oublier de casser son poignet, c'était des impacts assurément  au dessus de la silhouette à coup sûr.

En tir police, je me suis toujours efforcé à mettre mes impacts très groupés dans cible car j'avais ces mots simples lorsque j'allais aux résultats. La même question était adressée au collègue ou à l'élève, savez-vous où sont les impacts manquants, je puis vous assurer que toutes les balles perdues ne le sont pas pour tout le monde.

Ce qu'il faut savoir avant de l'utiliser au tir rapide avec des .357 magnum ou des .38 Sp +P+ 


Le dos rond de sa poignée couplé à un angle de poignée fort peu ouvert, favorise le déchaussement de l'arme qui tourne malgré le poids du revolver (1.200kgpour un 6") doté d'un contrepoids imposant quoique lui donnant un air élancé grâce à la bande ventilée. il tourne disais-je dans la main à tel point que la crête du marteau trop longue vient se mettre en opposition sur le dessus de la main qui tient l'arme juste derrière la pince que forme le pouce et l'index, empêchant le marteau de finir sa course vers l'arrière et la percussion ... L'arme est neutralisée. Ce qui impose au tireur de pratiquer une reprise en main ... EN PLEIN COMBAT !?
Sauf à adopter une crosse avec un busc plus prononcé ...
Certains propriétaires de cette arme ont raccourci la crête du marteau d'une manière quelquefois pas très heureuse ... Si vous avez un PYTHON qui a la crête du marteau diminuée, c'est qu'un de ses anciens proprio l'a réalisée, lui-même ... ou l'a faite diminuer et ceci pas toujours avec bonheur !
j'ai personnellement vu un revolver de la marque qui n'avait plus de crête de marteau: ce qui obligeait son propriétaire à tirer exclusivement en double action.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />
On peut voir ici la neutralisation de l'arme car la crête du marteau vient en opposition avec le "gras" de l'éminence thénar siuée juste derrière la pince naturelle que nous possédons naturellement entre le pouce et l'index.


ci-dessous, une arme modifiée ...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />





Dans le petit film ci-dessus,le tireur qui a les mains et tout le reste par ailleurs bien enveloppés ne tire pas en double action !
Pourtant, il eût été intéressant de voir comment il s'en sortait avec le Python 2"1/2 d'autant que contrairement au MR 73 dont je vous ai par ailleurs souvent venter la cinématique de la platine, ainsi que les S&W à un degré moindre certes, ne possède un blocage du barillet au bout de la rotation du  très bien défini ce qui amène un certain flou dans la platine préjudiciable aux groupements réalisés.

A noter quand même que la crête du marteau semble avoie été relevée un peu notamment sur le modèle avec un canon long de 2"1/2 ...

Forcé par le type de tir pratiqué sur le stage mono à tirer en double action, après quelques résistances dues à ma pratique du tir en simple action de  tireur sportif, je m'y étais habitué au point que j'arrivais à faire des groupements à 35m (distance du 1er tir du parcours moniteur) qui me laissaient pantois .


Montand a déjà suivi un entrainement poussé (rien qu'à voir les gestes qu'il pratique) On retrouve bien cette gestuelle du CNT lors des tirs à 7m, notamment. Sur les autres postes de tir aussi d'ailleurs. Notamment au tir derrière l'abri haut.
Il est dommage qu'il ne tire que des Wadcutter. L'arme ne bouge pas, signe que les cartouches sont des .38 WC quant à la fumée elle est caractéristique de la Ba10 !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Pour le tir rapide, le  canon doit être bien parallèle au sol. Si l'arme a été bien chaussée, et que la position est bien bloquée, les 5 impacts sont dans la carte à jouer ! Si l'on n'est pas dans la cible, il faut jouer avec le bassin qui sert d'axe de rotation et sur le côté en glissant sans quitter le contact du sol, le pied opposé à l'endroit où on touche la cible bien que tout mouvement du bas du corps soit à proscrire une fois l'arme sortie de l'étui !

Il ne faut pas s'attarder, le temps accordé pour tirer le parcours complet est de 6'.

Le parcours moniteur se tire en 9 positions de 5 cartouches chacune avec doublement du tir de riposte "tir rapide". Un temps accordé total est de 6'. Le temps accordé pour tirer les 2x5 cartouches et recharger son arme (2 fois) à 7m est de 25'' pour les moniteurs, 20'' pour les Professeurs (éliminatoire pour l'obtention de cette qualification si temps dépassé).'Ensuite. Progression au pas de tir 35m. Le chrono redémarre au coup de sifflet, pour le reste du temps (6'moins le temps pris au pas de tir 7m).

L'acteur bien entrainé par les professeurs et moniteurs de tir du CNT, reproduit les gestes appris en évitant les fautes de sécurité; quant au résultat puisqu'on ne voit pas qui tire, disons qu'il est plus qu'honorable .

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

La sortie d'arme avec la bascule d'étui chère au cœur de tous les fonctionnaires qui ont été formés à cette technique de tir, ci-dessous. Nous la détaillerons dans un paragraphe plus loin dans ce post.

Ensuite dans la continuité du tir, le tir à 35m, sur le ventre dont la prise de position est susceptible d'entrainer plusieurs fautes de sécurité. Le tir assis, qui est la troisième position du parcours à 25 m est shooté il n'amène rien d'autre que le risque latent de faire des fautes de sécurité;  ça n'était pas le but.
Puis le tir derrière un abri haut côté main forte où la main faible qui prend appui avec la paume sur la protection haute le pouce de cette dernière formant support de de l'arme à l'intérieur de la pince.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Une position très académique apprise à Quantico à l'Académie du FBI par M. Raymond Sasia  est très bien reproduite ici par l'élève avec le corps positionné de profil par rapport à l'abri et complètement protégé par cet abri haut, un arbre par exemple, ou un angle de mur ...
Aujourd'hui, il ne viendrait pas à l'esprit d'un formateur de demander à un stagiaire de tirer 5 cartouches dans la même position même derrière un abri, fût-il haut !
Autre temps, autres mœurs !
L'enchainement main droite main gauche n'est pas montré ici. Trop technique, certainement! Pas nécessaire de connaître le changement de main derrière l'abri pour Montand qui n'était pas là pour devenir moniteur.

Progression du tireur au sortir de l'abri à gauche pour aller tirer à genoux assis ou bien debout; Tirer, recharger son arme et se relever pour engager la cible 5 fois dans cette position, le tir à 2 mains en double action était autorisé dans la position crouch police.
Ici, l'acteur a choisi de se servir de son bras gauche comme indicateur de  direction en parallèle avec le bras qui tient l'arme ...

Mais revenons au tir de riposte à 7m appelé tir rapide pour analyser plus avant cette technique.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ci-dessus, une photo sortie du film que nous allons détailler quelque peu !

Le chassé de la veste que l'on avait pris la précaution de lester avec des plombs ou tout autre objet lourd ... est très ben fait.
Remarquez, et ce depuis le début de la séquence qui va continuer par le tir de 5 cartouches, comme le corps tout entier participe au tir dans les conditions de la légitime défense; la tête est droite, le regard n'a pas quitté des yeux l'objectif  qui est armé.
La position du corps étant prise au début de la phase du tir de riposte, les jambes étant écartées au point que lors de la sortie de l'arme ne pourra s'effectuer qu'en pratiquant la bascule de l'étui provoquée d'abord parle passant de ceinture du  pantalon servant à bloquer l'étui et par une avancée rapide de l'épaule et du coude pour éviter le passage du canon de l'arme devant la jambe forte en servant du poids de l'arme vers la fin du mouvement vers l'avant pour l'amener dans la position de tir.


La sortie de l'arme qui a été saisie fermement et définitivement lors de son retour vers l'avant par la main forte, après le chassé de la veste. L'arrachement de l'étui qui n'est pas adapté puisqu'il a une bride, va être provoqué par un avancement très rapide du coude et de l'épaule. faisant basculer la pointe de l'étui vers arrière et son blocage par la passant de ceinture
L'extrémité du canon étant sorti de l'étui, la fin du mouvement d'avancée rapide du coude et de l'épaule permet  à l'extrémité du canon de l'arme de décrire un arc de cercle autour de la jambe droite du tireur.

La prise de position définitive (par l'auteur de la méthode)

A noter la position du bras et de la main faible et de leurs rôles respectifs :

- le bras sert de balancier et participe à l'équilibre
- il peut servir à écarter tout individu non armé qui chercherait à bousculer le policier dans sa phase d'action.
- il sert à mettre à écarter une VIP dont le policier est responsable au niveau de la sécurité au moment de l'agression
- il sert aussi, pour  la main plus particulièrement, à donner au haut du corps sa direction !
Enfin, le bras gauche peut venir soutenir le bras qui tient l'arme en supination sous le coude  ou faire rentrer ce dernier vers l'intérieur afin de  bien bloquer la position et faire jouer le rôle d'amortisseur au bras qui tient l'arme ainsi qu'à l'épaule pour permettre une remise en ligne effective et continuer le tir efficacement. Voire la photo de face de la position plus bas ...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]"

Trois photos prises au moteur sortie du livre LE TIR RAPIDE de Raymond SASIA
 édité à compte d'auteur qui montrent ici (photo1) le 1/4 de cercle effectué par le canon de l'arme autour du pied et de la jambe concernés. Pour éviter une "fémorale" ...  
A noter, le petit encart photographique dans la dernière photo, où l'on voit l'armé et le chargement du pistolet automatique d'ancienne génération, non doté d'une platine sélective qu'il était interdit de porter cartouche chambrée ...

vue de face :

- Surtout pas ça !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Parce que les résultats en cible sont facilement prévisibles avec des munes "pur sucre", il va y avoir des impacts partout !
Compte tenu de la pente du terrain, une Position Weaver aurait été plus adaptée ou peut-être une position crouch police comme celle que prend Montand lorsque le véhicule lui fonce dessus et qu'il tire dans le moteur. Je n'ai jamais vu un policier durant ma carrière se placer de telle façon !

Plutôt ça :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

On a vu le rôle du bras gauche pour un droitier, supra. Nous pouvons voir ici que le coude du bras droit est posé sur la main gauche en cuillère qui tire le bras porteur de l'arme vers l'intérieur du corps !

Mais abordons la description de la position. Grâce à cette photo, on peut voir que le bras qui tient l'arme a  bien centré celle-ci aidé au niveau du coude par la main opposée qui ramène l'ensemble dans l'axe du corps poignet est cassé vers  la bas pour amener le canon du revolver parallèle au sol.
Alors que pour un pistolet, le poignet doit pousser vers le haut. L'arme doit avoir le canon parallèle au sol.

Cette position nécessite des heures d'entraînement face à une glace (faire la prière) et ne peut être efficace qu'à compter du moment que chaque point de la technique sera maîtrisée ...

Une fois que cela sera effectif, la technique peut évoluer :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lorsque la position est définitive, l'arme doit apparaître dans le champ visuel du tireur et c'est à partir de l'image qu'elle renvoie que le tireur doit bouger le haut de son corps pour la mettre en ligne avec la cible.

Il existe de nombreuses techniques de tir. Toutes trouvent leurs origines aux USA.

 De la méthode Bill Jordan (policier du BORDER PATROL) qui prônait le tir instinctif à la hanche  à celle préconisée par Massad Ayoob voire celle de Hank SLOANE, sans oublier la technique (excellente et très précise de tir des Mexicains (Yaqui); la plus célèbre étant la Weaver Stance qui fût utilisée la première fois par le Deputy Sherrif Jack Weaver lors d'un match en Californie. Toutes ses techniques sont le fruits de l'expérience des personnages qui sont nos comtemporains.
Jeff Cooper à l'Arroyo Ranch (Colonnel des Marines US) aidé dans un premier temps par Chuk TAYLOR avant que ce dernier ne prenne son indépendance et ouvre sa propre institution, firent beaucopup pour développer les situations où le porteur d'arme se doit de réagir; qui plus est le port d'une arme dans un lieu public donnent des attitudes qui font que cette personne sera la premiière à être engagée par tout délinquant qui l'aura repérée avant d'entrer en action.


LE TIR A DEUX MAINS!

Cela se passera 9 ans plus tard, sur mon stage de Mono. Une fois tous les examens passés, M. MEZIERES alors responsable de la pédagogie au CNT, vint devant nous pour nous dire qu'il fallait tout oublier de ce que nous avions acquis bascule d'étui comprise. Puisque très rapidement, un an après tout les monos ayant été recyclés, (perso, j'ai fait ce stage de recyclage à Antibes) la police allait utiliser la technique de tir à deux mains avec appuis décalés ! 


La remise à l'étui 
... de l'arme ne se pratiquait plus de cette manière ! Revoir le film  et remarquez comment il pratique la remise à l'étui de son armeotamment après le premier tir de riposte et entre les deux tirs à 12,50 m ...
Il fait sauter son arme dans la main, la pince de cette main vient se mettre en opposition à la crête du marteau, ensuite, il ne connaît pas la position de son étui ... donc, il quitte la scène du regard, pendant tout le temps où cela va se passer !
 Déchaussage de l'arme et vérification qu'en remettant l'arme à l'étui, le marteau ou le chien n'aurait pas été positionné à l'armé par une action intempestive sur la détente. 

Ce qui me paraît exagéré car il est impossible d'armer la masse percutante et de la faire s'accrocher au cran d'armé avec la détente... Exit tout de même les sabots de détente et autres détentes larges conçues par S&W pour ces modèles de compète. Ainsi que les masses percutantes des revolver (chien ou marteau) à crêtes élargies.

Au niveau de l'habillement il fallait prévoir des vêtements suffisamment serrés ainsi qu'une poche cousue sur la jambe droite pour un droitier, pour mettre les 50 cartouches du parcours.

A contrario, faire partir un coup de feu au sol en remettant l'arme à l'étui, était tout à fait possible; le  stagiaire laissant  son doigt sur la détente et qu'il s'accroche en remettant son arme à l'étui dans des vêtements trop amples.
Il en va de même pour l'étui que nous utlisions, un étui à dégagement rapide.
Tous les vieux flics avaient cette habitude qui avait disparu de la formation 9 ans après.

Quoiqu' en soit, il a bien fallu que des hommes se mouillent pour imposer l'entrainement des professionnels. Farbairn et Sykes, anciens policiers de Hong-Gong, devenus experts en combat de rue furent les premiers formateurs-INSTRUCTEURS.
Chargés de l'entraînement des Commandos dans les landes Ecossaises, ils  développèrent une technique de tir que le FBI, alors sous la coupe d'Edgard Hoover adopta. S'il existe un Paradis des tireurs, ils y sont avec Jeff Cooper ...  une pensée pour les pionniers !

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
RETOUR SUR LE COLT PYTHON


J'ai fini par craquer moi aussi.

Entre temps, j'avais acheté un Python d'occasion dont le premier propriétaire venait d'acheter un S&W .44 MAG en acier stainless. Un quatre pouces de toute beauté et dont la précision ne m'a jamais joué de mauvais tour.

Il faut dire que j'aimais bien lui monter des .38 Sp avec des balles SWC en lino pur sorties d'un moule RWS de 150gr (158 une fois graissées) calibrées à .355'' poussées par une charge de poudre Ba9 ou Tbis, ...
Enfoncées jusqu'à la gorge de sertissage de la balle + sertissage roulé avec un léger coup de sertissage conique pour éviter les munitions "inchambrables" dues à la lèvre de l'étui qui a a tendance à gonfler !
Les chambres des revolvers Colt ont pour principe d'être étroites donc à une côte mini !
Ainsi, j'ai eu l'occasion de l'essayer au tir rapide à 7mètres. Cette arme dont la fragilité relative me disait clairement qu'elle n'était pas faite pour cela. Sauf à la serrer comme un malade pour faire sortir du jus de crosse. Avec des mains moyennes comme les miennes, déjà que l'axe de la pente de crosse fait un angle faible par rapport à l'axe du canon, le recul en plus et le fait de le serrer beaucoup plus, sans oublier de casser son poignet, c'était des impacts assurément  au dessus de la silhouette à coup sûr.

En tir police, je me suis toujours efforcé à mettre mes impacts très groupés dans cible car j'avais ces mots simples lorsque j'allais aux résultats. La même question était adressée au collègue ou à l'élève, savez-vous où sont les impacts manquants, je puis vous assurer que toutes les balles perdues ne le sont pas pour tout le monde.

Ce qu'il faut savoir avant de l'utiliser au tir rapide avec des .357 ou des .38 S+P+ 

Le dos rond de sa poignée couplé à un angle de poignée fort peu ouvert, favorise le déchaussement de l'arme qui tourne malgré le poids du revolver (1.200kgpour un 6") doté d'un contrepoids imposant quoique lui donnant un air élancé grâce à la bande ventilée. il tourne disais-je dans la main à tel point que la crête du marteau trop longue vient se mettre en opposition sur le dessus de la main qui tient l'arme juste derrière la pince que forme le pouce et l'index, empêchant le marteau de finir sa course vers l'arrière et la percussion ... L'arme est neutralisée. Ce qui impose au tireur de pratiquer une reprise en main ... EN PLEIN COMBAT !?

Sauf à adopter une crosse avec un busc plus prononcé ...
Certains propriétaires de cette arme ont raccourci la crête du marteau d'une manière quelquefois pas très heureuse ... Si vous avez un PYTHON qui a la crête du marteau diminuée, c'est qu'un de ses anciens proprio l'a réalisée, lui-même ... ou l'a faite diminuer et ceci pas toujours avec bonheur !
j'ai personnellement vu un revolver de la marque qui n'avait plus de crête de marteau: ce qui obligeait son propriétaire à tirer exclusivement en double action.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

On peut voir ici la neutralisation de l'arme car la crête du marteau vient en opposition avec le "gras" de l'éminence thénar située juste derrière la pince naturelle que nous possédons entre le pouce et l'index.


ci-dessous, une arme modifiée ...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />





Dans le petit film ci-dessus,le tireur qui a les mains et tout le reste par ailleurs bien enveloppés ne tire pas en double action !
Pourtant, il eût été intéressant de voir comment il s'en sortait avec le Python 2"1/2 d'autant que contrairement au MR 73 dont je vous ai par ailleurs souvent venter la cinématique de la platine, ainsi que les S&W à un degré moindre certes, ne possède un blocage du barillet au bout de la rotation du  très bien défini ce qui amène un certain flou dans la platine préjudiciable aux groupements réalisés.

Après mûre réflection, je vous mets un lien où vous pourrez vous rendre compte des progrès qu'il a faits. dans sortie de l'arme et plusieurs autres points qui me font dire que les premières images diffusées ici correspondent au tout début de sa formation... 



Regardez la sortie d'arme qu'il réalise dans la bande annonce !

Ensuite, prenez le temps de regarder et surtout d'écouter Alain Corneau sur ses appréciations portées à l'encontre du personnage principal ... Fort heureusement, les approches du tir professionnel ont beaucoup évolué depuis 1976 .

Le film se veut rendre un hommage vibrant à Don SIEGUEL metteur en scène des films qui reproduisent la vie de l'Inspecteur (detective) Harry Callahan. Il faut dire que Ferrot tue beaucoup de gens dans ce film après la mort du patron, de sa femme suicidée par Ferro et des 4 voyous sur le parking du supermarché, et le  calibrage d'une voiture qui lui fonce dessus il risque d'y avoir du "vent" dans le service de Sûreté qu'il dirige. Parce que il y a une dimension qui a été oubliée durant tout le film, c'est le rôle du procureur de la République. Ce dernier dirigeait toujours la police judiciaire et son pouvoir de poursuite l'amenait obligatoirement à saisir un magistrat instructeur dans le cas de crimes. Dès que c'était fait, ce dernier délivrait des commissions rogatoires aux OPJ (exclusivement à l'époque les  IPP & IPD et autres ainsi qu'aux commissaires ...) et certains Juges d'instruction n'auraient pas  hésiité à embastiller tout ce beau monde ! A confier l'enquête aux Bœufs Carottes  lesquels en finalité et sur le plan administratif à  faire prendre la valise à pas mal de monde dans ce Ciat ... mais c'est du cinéma !

Un petit coup d'œil à 'interview d'Alain Corneau :



Le tir en double action !

Forcé par le type de tir pratiqué sur le stage mono, à tirer en double action, après quelques résistances dues à ma pratique du tir en simple action de  tireur sportif, je m'y étais habitué au point que j'arrivais à faire des groupements à 35m (distance du 1er tir du parcours moniteur) qui me laissaient pantois


Dernière édition par Stovepipe le Jeu 17 Aoû 2017 - 18:44, édité 221 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Jeu 10 Nov 2016 - 21:11

petite visite des mécanismes de détente et de percussion. Des questions surgissent en face à cette belle arme

Une photo interne de la platine permet de souligner certains propos et de se rendre rapidement compte que cette arme est atypique. D'abord il faut enlever la plaque de recouvrement qui se situe à gauche de l'arme pour accéder aux mécanismes derrière cette plaque fixée à l'arme par deux vis qui nécessitent, pour éviter d'être égueulées par des tournevis à lame non adaptée, que le propriétaire ou l'apprenti-armurier confectionne ses tournevis !
Jusqu'ici, rien de bien nouveau !

vue de la platine du Python :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Première constatation : sur une arme américaine et surtout un Colt, tout ce qui ne se voit pas et surtout ne sert pas, est brut d'usinage. Cela surprend un peu et même beaucoup car les angles vifs qui sont légion. Attention à vos doigts !
D'autant que la ou les fraises 2 tailles utilisées pour le défonçage de la carcasse de la carcasse de l'arme présentée arrachaient le métal plus qu'elles ne le coupaient. Notez aussi que le marteau frotte sur la carcasse, signe d'une usure de l'axe du marteau ou de l'alésage situé au centre de la partie la plus grosse de ce dernier et qui lui permet de tenir son rôle de masse percutante à action circulaire.

La commande d'ouverture du barillet

En ce qui concerne l'enlèvement de la plaque de recouvrement située à gauche de l'arme.
Cette dernière étant séparée de la carcasse de l'arme, il n'y a plus rien qui limite la course arrière du barillet décalé.
Si vous voulez manipuler l'arme, vous pouvez démonter le barillet et sa bascule en dévissant la vis de la grenouillère située sur la face droite de l'arme, sous la cage au droit du milieu de la longueur du pontet.
Une fois le barillet démonté, ce dernier peut sortir de son support de rotation, après avoir extrait l'ensemble bascule/barillet de l'arme.

Attention à la commande d'ouverture du barillet qui va sortir en même temps que la plaque de recouvrement poussée par son ressort et au petit guide. Ce petit guide du ressort n'est pas présent sur tous les modèles de Python. Quant il est présent, il sert de guide en étant situé derrière ce même ressort. Ces pièces ont tendance à jouer les filles de l'air ...

Compte tenu du montage et de la conception de l'arme, pour décaler le barillet, il faut tirer vers l'arrière le bonhomme pour effectuer cette manipulation de l'arme.

Ouverture du barillet


Déjà la vulnérabilité du montage se présente, vous n'avez pas intérêt tout autant que sur les S&W et autres MR mais pour d'autres raisons, à fermer le barillet d'un coup sec du poignet. Il en va de même pour la fermeture traditionnelle à laquelle il faut porter une attention toute particulière à cette opération banale sur une autre arme mais qui peut très rapidement vous coûter cher et neutraliser pour un bon moment votre joujou. Tout en maintenant le bonhomme tiré vers l'arrière et en le relâchant une fois le barillet remis en place calé par le doigt du verrou dans sa cage, l'axe de calage ayant été remis à sa place simultanément, avant de vérifier si le barillet est verrouillé. Après cela, on peut relâcher le bouton de commande de l'ouverture.




Dernier geste à faire, s'assurer que le barillet et bien calé en mettant les deux pouces sur la circonférence du barillet, l'index de la main droite ou de la main gauche venant faire une pince pour vérifier, l'arme étant à plat, canon dirigé vers les cibles que le barillet est bien calé et verrouillé à sa place dans la cage.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Ci-dessous, une photo montrant le rochet du barillet avec en son centre le logement de l'axe de calage et la butée arrière du barillet qui empêche ce dernier de sortir de l'arme une fois décalé !
Notez tout de même que l'étoile de l'éjecteur collectif qui est vissée à demeure par un filetage terminé par un épaulement sur l'axe qui commande l'éjection présente des traces de reprise comme de petits lamages qui sont du plus mauvais effet ... attention au démontage de l'éjecteur collectif. Il faut une clef spéciale vendue chez Brownell's.

Pour le sens de démontage, le barillet tourne à droite. En tournant dans ce sens là, il faut que l'extracteur collectif s'auto-serre. Je vous laisse donc deviner dans quel sens vous devez tourner cette pièce importante de l'arme, pour la désolidariser de son axe de commande.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Dans sa conception le revolver PYTHON ne possède pas de drageoirs. Aussi, en tant qu'ancien pro et même en tant que tireur sportif , lors de la découverte d'une arme sur différents lieux sauf les scènes de crime où il y a des règles impératives à respecter qui n'ont pas lieux d'être citées

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Sur la photo ci-dessous, tirée du film "Guet aways" de Sam PECKINPA avec Steve McQueen et Aly McGraw on peut constater que l'arme est chargée et que celui qui va la toucher se devra d'être prudent bien que le marteau ne soit pas armé §

Lorsque l'on trouve une arme comme cela, il y a des règles à respecter. Bien observer l'arme, pour s'assure de sa dangerosité. Ici sur le Colt. On peut voir que l'arme a des étuis ou des cartouches dans 2 (visiles) des 6 chambres de l'arme !
si l'arme avait des drageoirs, il serait beaucoup plus difficile d'apprécier son état de dangerosité.
S'agissant d'un homicide, seul un ÖPJ peut la manipuler et encore seulement si la sécurité de l'arme ne peut être assurée ...
Après, il y a des spécialistes ... C'est à l'IJ d'intervenir !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

le ressort bilame :

A noter le grand ressort à lame double dont la qualité de l'acier et des traitements thermiques lui attribuent une souplesse sans égale .. .en double action.

En effet, il est pour beaucoup dans le "moelleux" de l'armement de cette platine avec le levier de blocage de barillet. Pour le vérifier mettez votre arme vide près de votre oreille faite fonctionner la platine en double et en simple action et appréciez ... !!!
Seules les armes européennes de qualité, dignes héritières de l'arquebuserie, possèdent des ressorts à lame qui sont à l'armurerie ce qu'est la cerise sur un gâteau. Néanmoins, il faut souligner un certain flou pour trouver le point de lâcher ...



Le Python, fut le dernier revolver chez Colt à utiliser le ressort à lame avec le Diamondback qui lui était en calibre .38 ou .22lr.

Deux photos sorties du Net montrent la deux faces du revolver COLT Diamondback en calibre .38 SP.

Moins lourd que le Python, ce "Serpent" que porte John Wayne dans le rôle du  Detective Jim Branniguan.

Un mot et quelques photos qui concerne le petit "reptile couronné" : le Diamonback

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Jim BRANNIGAN applique ses règles personnelles, apprises dans le BRONX au Pays de Sa Très Gracieuse Majesté !

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'usage immodéré de son arme ne plaît pas du tout à son chef de service, le Super Intendant ,,,

Profitez de la  photo ci-dessous pour constater que la tête de verrou de barillet possède un  décalage vers la droite dans l'axe de l'arme obligeant ainsi les ingénieurs à placer les 5 Alvéoles de blocage du barillet quasiment ENTRE chacune des chambres de tir sur le pourtour du barillet ! 

Un gage de solidité ... Certes ! Pourtant les ingénieurs de la MR lors de la  conception du MR 73 ne semblaient pas soucieux de ce détail qui peut se présenter sur toutes les armes à barillet (revolvers à barillets basculant ...). En effet, interrogés par Valéry Carmona
sur la présence des logement du verrou de calage au droit des 6 chambres dans les cahiers du pistolier (n° SPECIAL sur le MR73, ces derniers lui avaient assuré qu'il n'y avait pas risque latent !

Ceux qui ont eu la chance de voir le MR qui avait été monté avec un barillet conçu avec des épaisseurs d'acier minimales, ont pu se rendre compte que l'acier utilisé en provenance des Ancyses (lieu situé à quelque kms de chez moi, tenait sa place).

Nous verrons que tous les angles vifs peuvent être considérés comme des amorces de cassure qui apparente l'arme à une grenade quadrillée ...

Je vois déjà les possesseurs de cette magnifique mais néanmoins fragile arme, me clouer au piloris !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le modèle suivant  dans la gamme de chez COLT, le  Lawman équipé quant à lui d'un ressort à boudin,  moins progressif dans le fonctionnement de sa platine, visait encore un marché police que n'a jamais pu prendre un python avant que n'arrivent les pistolets à grande capacité, dotées d'une platine à simple et double action.

Sur le revolver Colt Python, le ressort bilame  dont la tête de la lame supérieure est prise sur le chainette axée sur le dos du  marteau participe à deux mouvements comme un agent qui restitue l'énergie emmagasinée au cours de sa compression.
Les mouvements de la platine que ce soit pour l'armé manuel ou à l'aide de la détente lors de tirs en double action au moment du départ du marteau soit pour la course d'armement soit pour percuter dans un mouvement circulaire pour effectuer la percussion donne un angle de 60° sur le revolver python entre la face de percussion du marteau avec le talon de percuteur au moment où le marteau est au maximum de l'armé
Ce qui favorise la neutralisation de l'arme dont nous avons parlée au début de ce propos, conséquence renforcée par la longueur de la crête du marteau.
On peut noter que cet angle (face de frappe du marteau/face de percussion de la carcasse était le plus important du marché de l'époque (S&W 54° - MR 42°).
Néanmoins, sa progressivité dans le mouvement arrière doit être soulignée malgré la distance que doit parcourir le marteau !

Dans le bouquin "l'Aristocratie du pistolet" de Raymond Caranta et Pierre Cantegrit, édité chez BALLAND éditeur,  au chapitre qui concerne le Python il apparaît que ce ressort posa quelques problèmes de mise au point lors de la sortie de l'arme, résolus depuis pour le bonheur de plusieurs générations de tireurs sportifs.
Son Pied est engagé dans un fraisage à l'intérieur de la carcasse qui forme un renfort de la carcasse au niveau de la crosse, en reliant l'avant de la crosse au dos de la poignée et que sa branche inférieure est en appui sur la pièce répertoriée repère 44 (le levier de rebondissement) sur l'éclaté fourni ci-dessous ...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Cette pièce nommée "levier de rebondissement repère n°44 sur l'éclaté fourni dans ce sujet et avec le levier du verrou de barillet, "la pièce" dont l'ajustement va conditionner le "moelleux" de la platine du Python ...

le levier de rebondissement et la safety positive

En y regardant d'un peu plus prêt, on peut constater que cette pièce participe beaucoup aux mouvements internes de différentes pièces de la platine.
Nous verrons ses différents rôles dans la cinématique des pièces de la platine.

Sur la photo supra, l'arme ayant ses mécanismes à l'armé, le levier de barillet axé sur la détente est venu, après avoir fait tourner ce dernier par l'intermédiaire du rochet, aligner la chambre de tir avec le canon. La sûreté au choc est descendue . Il n'y a plus d'obstacle pour faire partir le coup !
Par contre, il y a impossibilité de décaler le barillet COMME LE MARTEAU EST ARME car le levier de sûreté (sa tête coudée) se trouve face à l'axe de calage du barillet.
Cette platine dite "safety positive" se rencontre pour la première fois sur tous les revolvers fabriqués par Colt à partit de 1905 pour éviter tout incident ou accident liés  à la chute d'une qui tomberait sur la crête du marteau. A partir de l'adoption la sûreté au choc, plus aucun coup de feux   ne pourra être tiré à partir d'un revolver sans que la pression volontaire de l'index du titreur ne soit effective.

Est-il nécessaire de rappeler que les COLT ne possèdent pas de double calage du barillet comme nous le verrons lors de l'étude comparative que je me propose de réaliser en reprenant les grandes lignes de cette étude sur le Colt Python, sur ces concurrents, le S&W; le Ruger,  le MR 73, - les Taurus de dernière génération sans oublier les Astra espagnols.

Accessoirement, dans cette étude, je vous écrirai un mot sur le Korth Allemand

Pour en revenir au  Python, la  tête de la branche inférieure du grand ressort est montée, poussée par la détente. Les deux crans d'armé, un sur le marteau et l'autre sur le bec arrière de la détente, sont accrochées au cran d'armé.


Dernière édition par Stovepipe le Mar 18 Juil 2017 - 18:49, édité 67 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Ven 11 Nov 2016 - 12:44

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une autre photo montre les mécanismes au repos tirée d'une pub de la marque de la fin des années 70, déjà une arme beaucoup mieux finie.
Toutes les surfaces qui sont à la vue, sont rectifiées donnant l'impression de costaud à l'arme !

le levier de rebondissement.


Partons d'un postulat. Avant d'arriver à cette situation où les pièces sont au repos, une fois la percussion assurée, le marteau, effectue une rotation arrière pour perdre le contact avec le talon du percuteur et ce dès que le tireur relâche la détente pour arriver à la position aux repos des pièces de la platine sur la photo.

Nous verrons la fonction exact de ce levier plus loin, pour l'instant, nous allons voir la détente, son relais et la sûreté au choc dite safety positive !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Cela s'appelle une platine rebondissante et tous les revolvers modernes en sont dotés depuis 1905, quelle que soit la marque, surtout si cette dernière veut vendre sur le marché américain.

Concept de la platine rebondissante incluant la safety positive

 1- Le marteau ou le chien doit reculer pour perdre le contact avec le percuteur et laisser passer la le levier de sûreté qui doit remonter se positionner en opposition entre la face de percussion du marteau et le marteau, dès que le tireur relâche la détente...
Qu'il ait choisi de tirer en double action ou en simple

2 - Une sûrté au choc doit être installée dans l'arme pour éviter le départ de la cartouche présente face au chien en cas de chute de l'arme ou bien pour désarmer en toute sécurité le chien ou le marteau sans qu'il y ait percussion accidentelle ! A condition que le tireur respecte un modus operandi que nous verrons plus loin !
En complément de ces sûretés, le tireur ne doit pas pouvoir ouvrir son arme, décaler le barillet si le chien ou le marteau est armé!
Et comme suite logique, le barillet décalé, impose pour le tireur de ne pas pouvoir armer la masse percutante.

A noter tout de même que le principe existait déjà sur les revolver 1873 bien qu'il soit quelque peu fragile sur ce modèle et qui plus est, sur le modèle 92 Français. Ainsi le Peacemaker de Colt n'avait aucune sûreté au choc et même pas la possibilité de faire se reposer le marteau sur l'encoche que possédaient les revolvers Colt à percussion sur la tranche supérieure arrière du barillet du fait que le percuteur du chien était fixe.
Nombre de porteurs ont dû, pour avoir voulu charger leurs revolvers avec 6 cartouches, se percer les doigts de pieds tel que le prédit John Wayne dans le rôle du sheriff borgne et alcoolique, dans 100$ pour un sheriff alors qu'il est entrain de monter un traquenard pour attendre une équipe de voyous et qu'il décharge son revolver et qu'il tient ces propos, clairvoyants en réponse à la question de Matty la jeune femme qui lui donne la réplique !
d'où une seule solution porter l'arme avec une chambre vide face au percuteur
Plus près de nous, on ne peut pas taire les problèmes qu'ont rencontré les policiers d'Amérique du Sud équipés des Revolvers de la marque Taurus qui n'étaient pas équipés d'une sûreté au choc. avant que S&W ne rentre dans le capital de la boîte.

La détente, son relais et le levier de sûreté au choc élément essentiel de la sûreté au choc


Une autre photo, qui montre comment on peut transformer un mouvement oscillant circulaire en mouvement linéaire ascendant ou descendant.
Ainsi, le relais de détente qui est articulé sur l'axe du marteau dans un logement usiné  la carcasse, lui même fixé à demeure dans la carcasse transforme le mouvement de rotation oscillatoire de la détente en mouvement linéaire ascendant ou descendant de la sûreté au choc !
Comment ? Par l'intermédiaire de la forme oblongue située au pied du relais de détente et d'un second situé sur la tête qui vient se positionner sur un axe situé derrière la détente qui permet le changement de mouvement.

Le guidage dans la transmission de ce levier étant assuré par un logement usiné dans la carcasse qui  permet à ce dernier de descendre chaque fois que la marteau est armé (S.A.) ou en train d'être armé (D.A.); lors du désarmement du marteau à la main, le tireur doit respecter une procédure incontourble et surtout ne pas laisser son index sur la détente.
Sinon l'effacement de la sûreté au choc scamotage de sûreté au choc . Pour autant, ce levier ne doit pas permettre que le tireur ouvre son arme à partir du moment où le marteau est armé ! 



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Observez la détente avec le cran d'armé situé sur le doigt. Par effet d'engrenage avec le doigt d'armé du marteau (partant de la photo où les pièces de la platine sont au repos) par effet d'engrenage(*), le doigt de la détente, aidé par le mentonnet ou clapet d'armé qui va permettre le mouvement arrière de la masse percutante jusqu'à l'échappement pour le tir en double action

A l'arrière de la détente; juste au dessous du doigt, un trou d'axe qui sert à maintenir le levier de barillet et surtout à le faire monter poussé vers le haut et vers l'avant  afin d'actionner le barillet d'un sixième de tour en prenant position sous la branche de l'étoile durochetet à maintenir sa position tant que le marteau est au cran d'armé et jusqu'à la percussion.
Notez la forme de la face avant qui doit épouser la forme de la carcasse et s'y coller en même temps que le tireur enfonce la détente.
Notez aussi la forme de sa tête qui comporte un petit épaulement non présent sur les armes neuves (levier déjà changé ... ?!) qui doit agripper fermement l'a branche de l'étoile du rochet pour faire tourner le Barillet.
Ce dernier doit participer très efficacement au maintien du barillet dans sa cage, aidé par le verrou qui doit être rentré dans l'une des 6 encoches périphériques du barillet.

Cas particulier, le Python dès lors que tout est une affaire de forces très bien stabilisées n'accepte aucun jeu dans le montage du barillet, tant en rotation qu'en translation. Tout jeu présent dans le montage du barillet indique que les mécanisme sont déjà à un stade avancé d'usure. Surtout si l'arme présente des écarts d'indentation

Une première observation nous conduit à souligner l'importance de la côte que doit trouver la personne par tâtonnements donc à la demande, qui changera ce levier usé qui va conditionner avec l'ajustement du verrou de barillet (que nous verrons un peu plus bas) situé dans la carcasse et commandé par le levier de rebondissement à partir d'un ajustement de très haute qualité, participé au rebondissement du marteau pour assurer son retrait de la face de percussion du marteau au contact du talon de percuteur frappé-lancé pris dans un logement  dans la carcasse et que l'on peut sortir en démontant la hausse ELLIASON;

Nous verrons que le levier de rebondissement actionne aussi le verrou de barillet et bien d'autres pièces.

Du travail d'orfèvres ... nécessitant pas mal d'heures d'ajustement à la main ! Peut-être l'origine du prix de l'arme neuve dans les années 70/80 ... Le python est le digne hérité du COLT NEW SERVICE !
La détente respecte le principe que j'ai déjà soulevé au début de mon propos : tout ce qui ne sert PAS ou ne se voit pas est livré brut d'usinage ...



(*) Nous verrons l'effet d'engrenage dans un prochain sujet  !


Dernière édition par Stovepipe le Sam 3 Déc 2016 - 21:43, édité 27 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par docteurDD le Ven 11 Nov 2016 - 18:19

Puisque tu parles de sureté, j'ouvre une brève parenthèse : que penses tu nouveau système de verrouillage à clef intégré désormais dans la carcasse des S&W?

J'en ai vu un cette semaine sur un 686 4", cela évite le verrou de pontet, mais je me demande si à force d'être manipulée cette pièce ne risque pas de devenir fragile...

_________________
Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours!
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases…
Les cons ça ose tout, c'est même a ça qu'on les reconnaît!
Michel Audiard
Le jour où on dépassera la vitesse de la lumière, comment k'on va faire pour voir où on va?!? inconnu Expression sortie d'un forum ... et c'est loin d'être con. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
docteurDD
Modérateur

Nombre de messages : 2728
Age : 40
Localisation : Nord
Date d'inscription : 01/04/2015

http://www.atvh.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Ven 11 Nov 2016 - 19:05

mon propos ne concerne que les Colt ... impétueuse jeunesse !
ne confondrais-tu pas la sûreté de l'arme vis à vis de l'inébranlable
envie de se l'approprier en la subtilisant à son légitime propriétaire pour aller porter la mort ayu détriment de son propriétaire responsable l

nous ne parlerons que des sûretés internes aux revolvers modernes mis en place la fin du 19ème siècle,


Dernière édition par Stovepipe le Sam 12 Nov 2016 - 12:25, édité 1 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Ven 11 Nov 2016 - 19:08

Demain, nous irons voir derrière les pièces apparentes pour découvrir les secrets de la bête !!


Dernière édition par Stovepipe le Ven 11 Nov 2016 - 20:02, édité 1 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par docteurDD le Ven 11 Nov 2016 - 19:12

Stovepipe a écrit:mon propos ne concerne que les Colt ... impétueuse jeunesse !
ne confondrais-tu pas la sûreté de l'arme vis à vis de l'inébranlable envie de se l'approprier en la subtilisant à son légitime propriétaire pour aller porter la mort au détriment de son propriétaire responsable

Si... Embarassed  mais ce n'était qu'une parenthèse...

Je pose la question dans un sujet plus à propos du coup...

_________________
Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours!
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases…
Les cons ça ose tout, c'est même a ça qu'on les reconnaît!
Michel Audiard
Le jour où on dépassera la vitesse de la lumière, comment k'on va faire pour voir où on va?!? inconnu Expression sortie d'un forum ... et c'est loin d'être con. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
docteurDD
Modérateur

Nombre de messages : 2728
Age : 40
Localisation : Nord
Date d'inscription : 01/04/2015

http://www.atvh.org

Revenir en haut Aller en bas

vocabulaire d'armement; définitions

Message par Stovepipe le Sam 12 Nov 2016 - 14:15

bonjour,


Quelques définitions de mots souvent employés ... en armement l      

Mots employés pour désigner une pièce :

- marteau ou chien : sur un pistolet dont la masse percutante est apparente et dont l'acion est visible, on parle d'un marteau. le chien qui porte un percuteur oscillant ou fixe est présent sur les révolvers de la marque S&W ou MR tandis que les armes de la marque Ruger et Colt sont dotées d'un marteau et qu'il frappe le talon du percuteur qui généralement est frappé appuyé (+ long que son logement).

- lorsque le percuteur assure seul la fonction de percussion on dit que la masse percutante est à action rectiligne et que son action est lancée

- Il existe plusieurs sortes de percuteur. Lancé - frappé-lancé - Appuyé ! Les deux premiers étant plus court que leur logement dans la culasse

- j'utilise beaucoup le terme de levier dans mes explications. On parle de levier en mécanique lorsque une force F s'applique en un point et que la longueur du bras de levier est telle que plus ce bras permette de démultiplier la force nécessaire pour avoir une action recherchée à donné de l'action du bras ...

Partant du principe que les revolvers n'ont que des sûretés, il faut aller voir sur les pistolets ce qu'est une sécurité .

Sur un pistolet, c'est au séparateur que sont dévolues 3 des 4 sécurités que l'on trouve sur ce type d'arme à fonctionnement semi automatique.

1er rôle du séparateur : il tient un rôle régulateur, en permettant l'armé du marteau par désolidarisation de la barrette/séparateur ou de la barrette de détente en provoquant la rupture du contact de la gâchette !

2ème rôle du séparateur : obligation est faite au tireur de relâcher la détente à fond vers l'avant pour permettre la remise en place de la barrette de détente sur le talon de gâchette et donc le départ d'un nouveau coup !

3éme rôle du séparateur: il tient un rôle de sécurité si la glissière n'a pas atteint le point de fermeture ou de fermeture verrouillage, la tête du  séparateur ne peut pas reprendre sa place dans son logement sous la glissière, la barrette de détente ne peut pas reprendre le contact avec la gâchette; il y a impossibilité de faire partir le coup de feu ...

l'arrondi de culasse  ou culasse/sécurité  qui peut présenter la forme d'un chanfrein  ou  d'un arrondi

Lorsque vous retournez la glissière d'un pistolet et que vous observez l'entraineur côté percussion de la glissière. le raccordement entre la face de percussion et l'entraineur se présente avec soit un chanfrein (CZ ...) soit un arrondi de culasse qui permet, dans le cas d'un bris de tête de gâchette, au marteau de raccompagner la culasse sans percuter donc sans provoquer de départ d'un coup accidentel glissière et canon non fermés, non fermé et non verrouillés !
Comment cela marche-t-il ,
Dans le cas où au moment du retour vers l'avant de la glissière, la tête de gâchette se brise dans le cas où il y aurait un angle vif à la place du chanfrein ou de l'arrondi de culasse; le marteau partirait vers l'avant risquant de percuter la cartouche pas suffisamment chambrée avec l'arme non encore verrouillée.

Bien évidemment, les armes qui n'ont pas de marteau, n'ont pas de culasse sécurité !

Définition: les sécurités sont donc des dispositifs internes à l'arme qui interviennent pendant le cycle complet de l'arme de l'arme et sur lesquelles le tireur n'intervient pas. Donc les sécurités agissent à son insu:


Dernière édition par Stovepipe le Lun 10 Juil 2017 - 20:27, édité 17 fois (Raison : ')
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

les accessoires à la puissance de feu (AAPF)

Message par Stovepipe le Sam 12 Nov 2016 - 15:13

Les accessoires à la puissance de feu

ce sont des dispositifs mécaniques tactiles ou écrits qui servent à renseigner le tireur sur l'état de son arme de manière tactile ou visuelle ;

un accessoire à la puissance de n'est ni une sécurité ni une sûretés au sens armement pur ...

- Exemple d'AAPF Visuels :

- le dos des chargeurs des PA modernes, permettent au tireur de s'assurer de combien il lui reste de cartouches dans son chargeur afin de procéder à un réapprovisionnement de son arme avant de continuer le tir. Pour cela, les chargeurs ont des chiffres frappés à côté desquels sont percés des trous au travers  desquels on peut compter très rapidement les cartouches restantes ou la contenance du chargeur à poste afin de procéder à un rechargement tactique fonction du nombre de cartouches restantes ou dynamique

- 2 autres AALPF : visuels et tactiles

L'indicateur de chargement qui se situe sur le dessus de la glissière et dans la cuvette de tir vient à la fin du mouvement avant de la glissière se ^positionner ut exister (chez les Italiens par exemple le même dispositif qui agit sur l'extracteur avec la présence d'un coup de peinture rouge (visuel) et tactile, l'extracteur sort un peu plus
- de plus en pus de fabricants proposent des indicateurs de chambre vide que nous ne classerons pas ici mais qui sont utiles et participent à la sécurité du stockage des armes.
- l'arrêt du tir glissière ouverte retenue par la clef arrêtoir de culasse en est un autre ... le tireur habitué à la balance de son arme, se rend compte très rapidement que cette dernière est "vide" et qu'il doit se mettre à couvert pour recharger son arme. C'est un moment très délicat où le tireur se doit de palier à ces quelques secondes en travaillant le comptage des munes tirées et en pratiquant un réapprovisionnement de son arme alors que la dernière cartouche est encore dans la chambre de tir ...
Pourquoi ?
Parce que l'arme qui dote les policiers maintenant n'a pas de sûreté de chargeur et qu'il doit êttre possible de tirer la dernière cartouche pendant le changement de chargeur ou sans ce dernier. Comme l'ont voulu les rédacteurs du programme de changement du pistolet Colt .45 par le pistolet XM9.


Dernière édition par Stovepipe le Dim 16 Juil 2017 - 21:59, édité 8 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

conception d'une arme : les sûretés

Message par Stovepipe le Sam 12 Nov 2016 - 15:27

PASSONS MAINTENANT AUX SÛRETES

Celles-ci, surtout lorsqu'elles sont automatiques, peuvent être confondues avec les sécurité par un novice !

la sûreté manuelle

Au sens strict du terme. Elle a disparu aujourd'hui au profit du levier de désarmement.  Quoique à la demande de certaines administrations, elle peut être présente sur les PA modernes pour compléter (j'ajouterais compliquer) l'action du  levier de désarmement du marteau qui agit sur des sûretés automatiques internes à l'arme mais toujours en dehors du fonctionnement de celle-ci.

Voici une arme qui faisait partie d'un lot de SP 2022 commandée par la ROYALE AVEC TOUS LES MARQUAGES QUI CORRESPONDENT à ceux qui sont la propriété de l'Etat :


J'ai pu la photographier lors d'une compète. Elle se trouve dans un étui d'origine Israélienne, un  FOBUS ...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

la sûreté manuelle de cette arme doit venir en surplus de celle qui interne à l'arme. Agissant sur le talon de percuteur très certainement. Il se peut aussi qu'elle agisse sur la gâchette ...!?

Quoi qu'il en soit, la dangerosité de cette commande complémentaire pour le servant fait que cette solution n'a pas été retenue ! Encore heureux !
 
LEs sûretés manuelles, ces dernières peuvent agir soit en opposition (PA modèle 50) en empêchant la face de percussion de la masse percutante à action circulaire, le marteau, d'atteindre le talon du percuteur)  mais plus généralement en bloquant  la gâchette ou bien le marteau de l'arme dans la position soit armée et chargée (interdit en France avec un pistolet de génération antérieure à l'adoption du SIG SP2022) soit au repos sur le cran de demi armé !
Pour synthétiser ce propos, nous dirons que les sûretés manuelles sont des dispositifs qui permettent au possesseur de l'arme de mettre son arme en sécurité relative tout en en restant maître donc responsable tant dans le port de cette arme que lorsqu'il veut rajouter un dispositif complémentaire aux sûretés déjà existantes.
Une autre forme de sûreté manuelle qui agit en complémentarité comme une commande désarmement du marteau.

Ci-*dessous, la sûreté en opposition du modèle 50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Le BERETTA 92 FS possède une commande ancienne présente sur le modèle Brigadier de 1951.
Située en haut et compléter par un accessoire à la puissance de feu en la présence d'un point rouge qui apparaît lorsque le levier est parallèle à l'axe du canon à l'arrière de la glissière, son action a été complétée.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />


Dès le commencement de l'action du tireur la rotation de l'axe de cette sûreté et avant de désarmer le marteau, escamote le talon de percuteur par rotation  (sûreté manuelle en opposition) avant de désarmer le marteau du pistolet. rôle complémentaire
Qui plus est, sur certains modèles elle pouvait rester dans la position de la sûreté n'étant pas soumis à un ressort de rappel pour la remettre dans la position feu prête à tirer en double action, arme approvisionnée, chargée ...et portée dans un étui de service. D'où l'onomatopée (moyen mnémotechnique) que les porteurs de l'arme apprenaient très facilement; "clic-clac". Le premier indiquant le désarmement du marteau, le second, la mise en position feu des mécanismes de la platine.
Double emploi possible très dangereux pour le porteur de l'arme qui, lorsqu'il a besoin de se défendre n'a certainement pas le temps de regarder si sur son arme, le point rouge est apparent (arme prête à faire feu dans l'état) ou n'apparaît pas (arme dite en sûreté relative ...).





Les sûretés automatiques :


la sûreté au choc

Elle permet d'éviter un départ accidentel d'un coup de feu en cas de chute de l'arme !

- le cran demi-armé  avec rebondissement du marteau
Ce dispositif existe sur les armes qui ont été réglementaires depuis la WW II. D'origine française, on la trouve sur les 2 PA réglementaires dont l'un donnera le SIG P210, reprise sur le SIG SAUER SP 2022;
Le concept veut que la face de percussion du marteau, ne reste pas en contact avec le talon de percuteur. Dès la percussion ou le rabattement réalisé sur une chambre vide pour une arme ancienne ou arme chargée sur le SIG SAUER Pro, la tête de gâchette vient se mettre en opposition à tout départ de cou accidentel dû à une chute de l'arme.                      
- Une autre sûreté s'est généralisée c'est là sûreté de percuteur. Le percuteur se voit empêché d'aller toucher l'amorce de la cartouche chambrée tant que la pièce de commande qui agit sur le pin qui immobilise le percuteur n'a pas franchi un certain cap. empêchant le percuteur de faire son travail.
- une dernière qui a aujourd'hui totalement disparue, c'est la sureté de chargeur; pas de chargeur égale pas de possibilité de tir (présente sur tous les PA européen de l'ancienne génération). Encore présente pour des clients qui le souhaitent et qui ont décidé de garder un aspect aussi dangereux sur leur arme et surtout inutile.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

C-dessus, un exemple courant de sûreté de chargeur montée sur l'axe du séparateur et de la barrette de détente.



Voilà vous savez maintenant faire la différence entre les sûretés automatiques, les sécurités et les AAPF !

Charge à vous  de porter le message pour les PA ! En ce qui concerne les revolvers, nous verrons que l'introduction des barillets décalés de leur cage, ainsi que le port comme arme de service, imposa certains dispositifs qui devaient rendre les revolvers plus sûrs." />


Dernière édition par Stovepipe le Mar 25 Juil 2017 - 18:20, édité 19 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Mar 15 Nov 2016 - 15:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Pratiquement toutes les composantes internes ont été démontées (photo de droite)

Reste simplement le verrou de barillet qui a pour rôle de bloquer ce dernier une chambre de tir en face au canon. le démontage de cette pièce qui est axée sur la carcasse ne doit être réalisé que si c'est absolument nécessaire? En effet, la pièce est maintenue sans la carcasse par une vis épaulée qui permet de rendre solidaire ce levier dont la partie avant est poussée par un ressort et son guide qui pousse le levier vers le haut pour forcer le verrou à sortir sa tête dans la cage du barillet.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

ci-dessus un verrou de barillet neuf, à ajuster !

et ci dessous, le verrou une fois ajusté

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
un site allemand où l'on peut trouver les "parts" de rechange pour le PYTHON

L'ajustement de ce dernier est une sacrée partie de lime tant au montage que lors de la remise en état de l'arme !

Notez que si l'ajusteur se plante lorsque il va précisément réaliser l'ajustage de l'encoche du levier de rebondissement avec le verrou de barillet qui doit commander son relèvement, plusieurs possibilité peuvent se présenter.

Levier ajusté trop long, le verrouillage en rotation du barillet risque de ne pas indexer ou d'appuyer trop fort sur la face d'appui de l'encoche du barillet mais cela reste  un moindre mal, car dans ce cas là, il y a encore de la matière à enlever.

Levier ajusté un poils court. Le tenon qui vient se positionner à tangenter la circonférence du barillet monte trop tôt et le beau bronzage noir au reflets bleus est irrémédiablement rayé ! Quant au jeu,  âme de la mécanique, il est préjudiciable à la bonne indentation de l'amorce mais aussi, etcela est encore plus grave,, à la surpression que va engendrer ce défaut d'ajustement !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Quand ce n'est pas la tête du verrou qui a gardé une bavure. Dès lors, la circonférence du barillet est irrémédiablement rayée !
Enfin, le bon ajustement des pièces entre elles, permet d'avoir une percussion centrée ! Tout indentation  d'amorce non centrée préfigure un problème d'ajustage des pièces entre elles ...
Dernière chose importante sur ce levier.
Il est commandé par le levier de rebondissement, en même temps que celui-ci monte pour plaquer le levier de barillet qui est axé sur la détente, contre la carcasse pour permettre à sa tête de venir en appui sous la branche de l'étoile du barillet et faire tourner le barillet. A un moment donné, le levier du verrou échappe au levier de rebondissement, ce dernier poussé par son petit ressort situé sous le verrou, monte dans la cage et indexe le barillet dans un des six logements usiné sur la circonférence du externe du barillet. Tandis que la détente continue à reculer pour arriver à la percussion !
D'où la nécessité d'ajuster les pièces entre elles "mieux que sur le dessin".
Toujours sur la photo, notez que l'état de surface du logement de la sûreté au choc est quasiment brut d'usinage. Ce qui va nécessiter un certain jeu mis au montage pour ce levier qui doit monter au contact de la carcasse; sa tête venant se loger dans la forme usinée dans la carcasse sous le logement du percuteur ...


La sûreté au choc est obtenue par l'interposition de levier lorsqu'il est en position haute, détente au repos, sa tête coudée à 90° vient se mettre en opposition avec le marteau nous verrons que sur les S&W et le MR, le système n'est pas du tout le même principe qui a été choisi ! Quant a Ruger et ses descendants il n'y a rien de plus simple !


Dernière édition par Stovepipe le Mar 18 Juil 2017 - 19:12, édité 14 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

conception des mécanismes de sûreté du revolver COLT Python

Message par Stovepipe le Mar 15 Nov 2016 - 15:18

Nous avons abordé le concept de sûreté pour le définir, nous allons maintenant le détailler, partant du postulat suivant, les revolvers modernes étant dotés de sûretés très efficaces, ces dernières ne peuvent être qu'automatiques.
Les sûretés manuelles n'ayant pas lieu d'être sur ces armes. (Voire le modèle 12 de S&W airweihgt dont la carcasse était en alu, avec sa sûreté manuelle placée  sur le côté gauche de l'arme que les fonctionnaires de la PAF qui  se dépêchaient de la neutraliser en la collant.

De plus, ces armes de poing utilisant la force musculaire comme agent moteur, ils ne peuvent utiliser de sécurités étant de ce fait des armes de poing à magasin rotatif à fonctionnement manuel

La sûreté au choc, sur les revolvers modernes

Concept de sûreté / Aucun coup de feu ne doit partir sans que l'on ait l'index sur la détente

1 - dans la conception de l'arme, cela sert à assurer la sécurité relative du tireur en cas de désarmement du chien ou du marteau en évitant de faire partir un coup de feu accidentel lorsque le tireur décroche la masse percutante du cran  d'armé en gardant  son index  ou bien la sécurité relative du porteur de l'arme et/ou de son environnement si l'arme vient à chuter et à tomber à terre sur la crête du marteau oui du chien …
2 – toujours dans la conception. Les mécanismes de percussion ne doivent pas pouvoir être armés lorsque le barillet est ouvert.
3 – Le barillet ne doit pas pouvoir être décalé, lorsque la masse percutante est à l'armé.

Ce dispositif ingénieux existait déjà sur les revolvers Français sur les modèles 1873, 1874 et 1892.

La qualité des fabrication des armes Françaises, alliée à une conception avant-gardiste fait aujourd'hui que les collectionneurs américains ne s'y trompent d'ailleurs pas, tant l'intérêt est grand pour ces armes. Seule ombre au tableau, le choix d'une munition anémique que ce  soit la munition de 11mm ou celle de 8mm
Or en 1873 chez Colt, sort le modèle PEACEMAKER avec une munition chargée à la poudre noire, la .45 long Colt. L'arme non démodée encore aujourd'hui, est dépourvue de toute sûreté ... (les modèles récents, si !)

D'où l'habitude prise dans le Grand  Ouest de porter son arme marteau ou chien à l'abattu sur une chambre vide ou de la décharger pour éviter de se percer les doigts de pieds.

Ci-dessous, proto face droite et gauche d'un revolver modèle 1873 en état quasiment neuf 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

trois armes françaises
Avec, de gauche à droite :
- un revolver de la MAS modèle 1873 CALIBRE 11,1mm
- un revolver civil qui reprend les caractéristiques du revolver modèle 1874 - modèle officier ou civil
- un revolver 1892 calibre 8 mm

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Photo  d'un SAA (Single Action Army)  adopté en 1873 par l'US Ordnance pour remplacer les Caps and Balls ...
La photo représente un Civilian model (canon entre 4 et 5")

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Les modèles militaires avient des canons de plus de 7" ...


Dernière édition par Stovepipe le Mar 18 Juil 2017 - 19:03, édité 7 fois (Raison : la qualité")
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Ven 25 Nov 2016 - 16:48

Rôles du levier de rebondissement

1- il permet d'obtenir in fine un retrait du marteau (rebondissement de la platine) une fois  ue le tireur relâche sa détente.
2- il participe à l'indexation du barillet en maintenant le levier de barillet plaqué contre la carcasse et en actionnant le verrou de calage situé sur la deuxième couche de pièces
3- il fait reculer le marteau une fois que le tireur relâche la détente pour permettre à la sûreté au choc de revenir se positionner face au marteau


position des pièces au moment de la percussion, détente enfoncée :

première couche de pièces : En partant du bas de l'arme et en remontant vers le haut !

- le grand ressort a sa branche supérieure détendue La griffe de sa tête est prise dans l'axe traversier de la chainette axée sur le dos du marteau.
- la branche inférieure est au contact du levier de rebondissement compressée poussant vers le haut la tête du levier de barillet forçant ainsi ce levier à se plaquer sur la carcasse et à bloquer le barillet dans la position obtenue par l'étoile du rocher
- la détente est en butée sur la carcasse dans sa position arrière maximale. Son bec d'armé se trouve entre le doigt du marteau et le clapet d'armé.

Deuxième couche de pièces

-  son relais est en position basse maintenu par la rainure dans laquelle il coulisse. et par le marteau qui se trouve placé au dessus du relais
- le levier de sûreté au choc est en position basse empêchant que le barillet ne s'ouvre
- le levier de rebondissement appuie sur le levier de verrouillage de barillet bloquant ce dernier en position dans sa cage
- le marteau est en contact avec le talon de percuteur qui fait saillie dans le rempart.

Le tireur relâche la détente.-


Dernière édition par Stovepipe le Jeu 1 Déc 2016 - 16:25, édité 6 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Ven 25 Nov 2016 - 17:45

tout de suite et dans l'ordre :

n'étant pas sûr de la description du fonctionnement de la platine à rebondissement (quelle est la pièce qui force le marteau du Python à se retirer lorsque le tireur lâche la détente)  j'ai préféré m'abstenir attendant des photos détaillées de l'endroit où ça se passe ... Je reviendrai une fois que j'aurai reçu la réponse !


Dernière édition par Stovepipe le Sam 29 Avr 2017 - 16:05, édité 2 fois (Raison : s pu rédiger)
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

2 VIDEOS - la publicité opportuniste et bien dirigée ...

Message par Stovepipe le Sam 26 Nov 2016 - 8:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Ci-dessus, Colt a toujours fait des efforts de publicité ! un carnet qui permet de faire une finition adaptée à son arme !
Sur la  première vidéo, il s'agit du démontage, de l'entretien et du remontage d'un 4"  STAINLESS. Je n'ai jamais démonté le levier de blocage du barillet, car le bout de la vis dépasse du côté droit et il est bronzé ... Pourquoi démonter une pièce aussi importante qui participe au bon fonctionnement de l'arme et qui nécessite un ajustement très précis ... tant que cela n'est pas nécessaire. l'auteur se sert de la clef fourni par BROWNELL'S pour démonter l'extracteur collectif:

Sur la seconde vidéo, un 4" bronzé qui est une arme de famille. L'arme appartenait au grand-père de l'auteur (dixit l'auteur dans le film)






Ce sont les 2 meilleures vidéos  que j'ai trouvées sur le Net.


All on the colt difference ...  tout sur la différence Colt

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

177 ans de production à l'usine Colt de HARTFORD Connecticut ...

Au cours de ces longues années, Colt s'est attaché les plus grands tireurs. Ceux-ci n'hésitaient pas à aller voir chez le concurrent pour utiliser du matériel moins rustique moderne de conception.
et plus !

William F. Cody alias Buffalo Bill, qui obtint pour S&W avec le modèle Schoffield (du nom de l'officier qui conçut le verrouillage sur le dessus de l'arme juste devant le chien, permettant d'extraire les cartouches et/ou les étuis par brisure du revolver) le marché russe !
Force est de constater que chez Colt on avait  le sens du commerce ! Ne serait ce que pour donner envie au client de personnaliser son arme!
Pour aiguiser les envies de ce client, il suffisait de proposer à ce dernier une documentation adaptée ...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Avec quelques exemples réalisables. Ci-dessus et touche personnelle toujours possible -ci-dessous avec un document sorti du catalogue qui permettait de prendre en compte les desideratas du futur propriétaire    !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />


De tout temps, la firme Colt a maintenu sa pratique d'offrir à l'occasion d'évènements  une arme de qualité exceptionnelle, devenue un bijou par l'emploi des métaux précieux !

En voici une qui fait l'objet d'une certaine fierté de son propriétaire. il s'agit d'un modèle Army 1860 fabriqué et gravé en ITALIE chez Uberti pour la firme Colt ...
Ces armes sont marquées sur le dessus du canon dans un cartouche aménagé par la gravure : Saml Colt New York !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

PHOTO suivante sortie d'un catalogue des années 80, un SAA (single action army) finition TIFFANY (classé en catégorie B par la législation Française ...)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />


Dernière édition par Stovepipe le Mar 18 Juil 2017 - 19:24, édité 16 fois (Raison : !)
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Jeu 1 Déc 2016 - 18:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Si l'on observe bien cette photo, elle confirme la présence des encoches de verrouillage du barillet au dessus (ou presque) de la chambre de tir.
Dans tous les cas, le Python et les armes qui utilisent son fonctionnement -montage identique- possèdent cet avantage -qui n'en est pas un au-dire des autres fabricants (S&W - MR ..¨.) de ne pas avoir d'encoches usinnées juste sur le dessus de la chambre de tir ..? Sauf sur les barillets à cinq coups !!!



Dernière édition par Stovepipe le Lun 12 Déc 2016 - 19:52, édité 1 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Lun 5 Déc 2016 - 20:51

manque ici l'évaluation personnelle de l'arme de l'arme !

Sur l'heure, je voudrais rajouter une chose qui me paraît très importante qui concerne la solidité.
J'avais dans mes archives la photo d'un python qui avait éclaté ... J'ai essayé de retrouver quelques photos de l'arme concernée.
Impossible !
vous trouverez des COLT certes, mais pas un python ! Peut-être ai-je mal cherché ... Mais bon, il s'agit d'un fleuron de l'industrie armurière des USA ...
Donc, il est normal que son image soit protégée
Pourquoi ai-je indiqué dans le texte que cette arme s'apparentait à de la grenade quadrillée.
Regardez cette photo, je l'ai déjà publiée !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Tous les usinages exécutés dans la carcasse diminuent grandement sa résistance !
A certains endroits, doivent rester pas plus de 3 mm de métal, imaginons un instant que la pression monte suffisamment pour faire éclater le haut de la cage et coupé le barillet en deux. Soumise à une telle pression, la  carcasse, en se brisant partira en morceaux de ferrailles, suivant les différents angles vifs des usinages des différentes pièces de la platine qui s'éparpilleront au milieu du stand.
Que la pression ne baisse pas et qu'elle pénètre dans la carcasse par le logement de percuteur ou ailleurs, l'arme avec ses multiples fraisages qui sont issus de la conception. Examinez le revolver que j'ai mis (un Anaconda de Colt) remarquez que le haut de la carcasse, la où se trouve la hausse, s'est tordu vers la droite ...  
Si la pression venait donc à beaucoup monter; le risque d'explosion de l'arme pourrait de présenter, transformant la carcasse en grenade quadrillée.
Ne voulant pas participer à une mise à mort d'un mythe aussi grand et populaire que celui que représente le Python, je me contenterai de signaler cet aspect qui doit rester à l'esprit du rechargeur lorsqu'il fabrique ses cartouches destinées à être tirées dans son Python !


Dernière édition par Stovepipe le Mar 18 Juil 2017 - 19:06, édité 6 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par docteurDD le Jeu 8 Déc 2016 - 22:01

Quel énorme travail de documentation ! Shocked

Merci à toi pour ce reportage aussi détaillé! 20 sur 20

_________________
Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours!
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases…
Les cons ça ose tout, c'est même a ça qu'on les reconnaît!
Michel Audiard
Le jour où on dépassera la vitesse de la lumière, comment k'on va faire pour voir où on va?!? inconnu Expression sortie d'un forum ... et c'est loin d'être con. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
docteurDD
Modérateur

Nombre de messages : 2728
Age : 40
Localisation : Nord
Date d'inscription : 01/04/2015

http://www.atvh.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Jeu 8 Déc 2016 - 22:25

j'aborderai l'historique que j'ai perdu au cours de la rédaction du présent lorsque je traiterai les autres revolvers ...
pour l'heure vous avez de quoi lire !
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par GG le Ven 9 Déc 2016 - 0:04

Nickel Monsieur,
comme d'Hab. cheers cheers cheers

GG

_________________
" - Vous seriez pas flic, par hasard ?
 - On est jamais flic par hasard... "

Glock 27
Glock 22
SW 66 2" 1/2
AP 74 CAR
LUGER superposé " GG Spécial "
avatar
GG
Modérateur

Nombre de messages : 2061
Age : 48
Localisation : Paris et Oise
Date d'inscription : 08/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par docteurDD le Ven 9 Déc 2016 - 0:09

je dirais même Môôsieur!

vu que nous avons le même parrain! Wink

_________________
Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours!
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases…
Les cons ça ose tout, c'est même a ça qu'on les reconnaît!
Michel Audiard
Le jour où on dépassera la vitesse de la lumière, comment k'on va faire pour voir où on va?!? inconnu Expression sortie d'un forum ... et c'est loin d'être con. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
docteurDD
Modérateur

Nombre de messages : 2728
Age : 40
Localisation : Nord
Date d'inscription : 01/04/2015

http://www.atvh.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par LiKiDia le Ven 9 Déc 2016 - 4:22

affraid cheers
avatar
LiKiDia

Nombre de messages : 24
Age : 53
Localisation : Gwada !!!
Date d'inscription : 03/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Mark 23 le Ven 9 Déc 2016 - 18:46

Merci François pour ce splendide exposé king
avatar
Mark 23

Nombre de messages : 856
Age : 66
Localisation : 79
Date d'inscription : 18/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Sam 10 Déc 2016 - 13:49

OK !
Donc, il me reste à expliquer comment le marteau du Python rebondit une fois que la percussion a eu lieu et surtout au moment où l'index du tireur relâche la détente qui, sous l'effet de ...

voilà, j'ai trouvé un film qui va vous faire comprendre facilement comment ça marche! L'arme est un Official Police !



c'est simple et en même temps compliqué surtout si l'on pas l'arme devant soi  !

Regardez le film en entier et vous allez comprendre ce qu' on appelle l'effet d'engrenage entre le bec de détente, le bec du chien et le clapet ou mentonnet de double action. Cet effet d'engrenage est encore plus présent en simple action les deux becs agissent comme des engrenages avant que le bec de détente ne vienne s'accrocher sur le cran d'armé du marteau.

Ensuite, vous regarderez l'action du levier de rebondissement dont le bec et la face d'appui maintient le levier de barillet dans sa position haute.
Au moment où le tireur relâche la détente, celle-ci exécute une rotation vers l'avant poussée vers le bas par le levier de rebondissement dont la partie  en pente est en appui sur l'axe du levier de barillet qui maintient ce dernier fixé à la détente.
A environ un TIERS du mouvement de retour des pièces au repos, le levier de rebondissement prend contact avec le bossage qui se situe sous le marteau !

Retrait du marteau ainsi que du percuteur qui rentre dans la carcasse, son ressort se décompressant dans le même temps.
Le marteau ne peut plus effectuer de mouvement (obtention de la première sûreté au choc)
A la fin du mouvement de retour de la détente vers l'avant, le levier de sûreté au choc quitte sa position  en remontant se positionner devant le marteau +entre lui et la carcasse.

Obtention de la deuxième sûreté au Choc


Dernière édition par Stovepipe le Ven 27 Jan 2017 - 19:46, édité 4 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par PBILL le Sam 10 Déc 2016 - 16:14

Censuré


Dernière édition par PBILL le Dim 18 Déc 2016 - 15:55, édité 1 fois
avatar
PBILL

Nombre de messages : 2196
Age : 64
Localisation : Bouches du Rhône
Date d'inscription : 22/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Sam 10 Déc 2016 - 18:13

On entre pas comme cela dans la légende !
A mon modeste niveau, je ne suis que le rapporteur de faits de l'histoire de l'armement individuel mondial ...
Je suis entrain de concevoir la suite en vous faisant une comparaison entre les trois masters, Colt et S&W et MANURHIN, le nouveau venu avec son expérience de fabricant d'armes de qualité ...

je vais me mettre à l'ouvrage très rapidement.
Auparavant, j'aimerai bien fir le sujet sur la Python !

Car à tout Roi, tout honneur ... !

Petit complément d'information : dans certains pays, l'ITALIE et même aux USA, pour acheter un Phyton, il faut débourser de 2200 à 3000$. Il en va de même en ITALIE où une très belle arme peut atteindre et dépasser 3000 €.
A ce petit jeu là, ceux qui en ont un ou plusieurs en leur possession ne tiennent pas à ce que la réputation de cette arme soit ternie par la publication de photos montrant l'arme explosée !
On touche peut-être là, la raison de l'absence de photos de KABOOM !


comme celle-là, sur un Colt Anaconda !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

là même sous un autre angle :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Stovepipe le Mar 10 Jan 2017 - 18:59, édité 2 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Robert R@ndi le Dim 11 Déc 2016 - 19:22

...devant l'érudition de Stovepipe, je me suis tenu coi et bouche bée Shocked

...le Colt Python est certes une arme de légende ; comme tout un chacun, j'en ai possédé un.

...j'attends que cette saga touche à sa fin pour vous donner ma façon de penser, qui prendra deux routes fort différentes : celle de l'amateur d'arme cyclops , et celle de l'utilisateur Twisted Evil

_________________
...je recharge, DONC,  a priori, je suis un ignorant... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
...vieillir, c'est la seule manière efficace pour vivre longtemps [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
...le meilleur coup qu'ait réussi le Diable, c'est de faire croire qu'il n'existait pas [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] (Usual Suspects)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Robert R@ndi
Admin

Nombre de messages : 11343
Age : 73
Localisation : Var
Date d'inscription : 07/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par docteurDD le Dim 11 Déc 2016 - 19:26

Mon petit doigt me dit que cette saga comportera plusieurs épisodes... :J\'ai rien fait:

les amateurs des Horace & Daniel et les nostalgiques de notre savoir faire national ne devraient pas être en reste! Voire plus si affinité^^

Mais chut, je n'ai rien dit... juste ce qu'il faut pour entretenir le suspens! lol!

_________________
Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours!
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases…
Les cons ça ose tout, c'est même a ça qu'on les reconnaît!
Michel Audiard
Le jour où on dépassera la vitesse de la lumière, comment k'on va faire pour voir où on va?!? inconnu Expression sortie d'un forum ... et c'est loin d'être con. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
docteurDD
Modérateur

Nombre de messages : 2728
Age : 40
Localisation : Nord
Date d'inscription : 01/04/2015

http://www.atvh.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par PBILL le Dim 11 Déc 2016 - 20:56

Censuré


Dernière édition par PBILL le Dim 18 Déc 2016 - 15:53, édité 1 fois
avatar
PBILL

Nombre de messages : 2196
Age : 64
Localisation : Bouches du Rhône
Date d'inscription : 22/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Dim 11 Déc 2016 - 23:20

En commençant la réunion de photographies pour le sujet suivant, je me suis aperçu d'une erreur sur le  positionnement des alvéoles usinées sur le pourtour du barillet pour bloquer ce dernier en position, une chambre face au canon. Sur le COLT ET CELA SE VOIT BIEN que les logements du verrou sont décalés et non pas sur les S&W et autres MR.
je pense très sincèrement que je vais modifier ce passage et laisser ce texte ici !


Dernière édition par Stovepipe le Lun 12 Déc 2016 - 14:10, édité 1 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Python le Lun 12 Déc 2016 - 7:07

Pas eu le temps de venir sur le forum avant ce matin Evil or Very Mad Mais je vois que j'ai de la bonne lecture sur mon arme fétiche pour ce soir Twisted Evil Alors merci François pour tout ça et désolé ne ne pas avoir pu t'aider Embarassed
@+ je hein encore à la bourre cette semaine
avatar
Python

Nombre de messages : 5832
Age : 54
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 22/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Ango le Lun 12 Déc 2016 - 9:38

Merci pour toute cette bonne lecture.
Pas encore tout lu, mais ça va venir.
avatar
Ango

Nombre de messages : 802
Age : 41
Localisation : IdF
Date d'inscription : 17/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Lun 12 Déc 2016 - 20:06

j'ai modifié certaines choses en retouchant le texte notamment sur le problème des encoches de barillet situées en décalé par rapport aux chambres de tir sur le PYTHON
Il faut rendre à César ce qui lui appartient ...
IL FAUT ÊTRE OBJECTIF même et en particulier, j'irais jusqu'à dire ... surtout, avec les armes !

j'en arrêterai là !

j'attends quelques photos pour expliquer comment fonctionne la platine rebondissante ...

je vous souhaite à tous une très bonne lecture !

vous seriez sympa de me faire parvenir vos observations surtout si vous voyez quelque chose qui cloche (grosse faute de Français - erreur dans la description ...)

En vous remerciant !


Dernière édition par docteurDD le Mar 13 Déc 2016 - 21:34, édité 2 fois (Raison : ))
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par ancien45 le Mar 13 Déc 2016 - 18:07

En tout cas, merci, passionnant même si j'ai pas de Python (mais quand même son petit frère, un Diamondback 38)
avatar
ancien45

Nombre de messages : 397
Age : 65
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 09/10/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Mer 14 Déc 2016 - 1:09

je vous informe donc que j'ai terminé le sujet sur le python ...

Vous avez pu remarquer que toutes les armes sont graissées à l'intérieur.

Un peu de graisse au lithium ...

Attention tout de même, la graisse oblige carrément à un, voire deux nettoyages par an ... C'est à ce prix là que vous garderez cette belle mécanique qui pourra vous rendre en retour du bonheur en fonction des résultats que vous obtiendrez. Comptez quand même toutes les 5 à 6000 cartouches voire plus si vous faîtes attention, une révision avec changement des pièces et réajustement de ces dernières dans un mécanisme rodé !
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Jeu 15 Déc 2016 - 15:04

Petite info au passage :

j'ai trouvé des images du début du film où l'on voit l'acteur tirer sur le grand plateau au fort de Montlignon !

je vous ai mis ça dans le premier post de façon rendre plus attrayant ce passage !


Dernière édition par Stovepipe le Sam 17 Déc 2016 - 20:25, édité 1 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Dim 29 Jan 2017 - 17:46

Un nouvel éclaté du python !


[img][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][/img]

un film de présentation du revolver suer le site de YouTube où officie le Papy flingueur ...



"le plus beau revolver jamais fabriqué ..." dixit le papet !

à chacun de se faire sa propre opinion;

avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Mc_G le Dim 29 Jan 2017 - 22:45

Félicitations à stovepipe.

Juste par curiosité, comment a évolué le cursus moniteur de tir / professeur d etir en APP puis formateur TSI ?

Mc_G
utilisateurs professionnels

Nombre de messages : 389
Age : 47
Localisation : France la plupart du temps
Date d'inscription : 22/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Lun 30 Jan 2017 - 9:05

La qualification sommitale  des Professeurs de tir qui était dédiée à la Formation des formateurs (Centres de formations initiales ou déconcentrés CNT- Ecoles ...) a dû se perdre dans les méandres des décisions administratives; lesquelles, comme chacun le sait ne sont pas forcément en faveur de notre qualification !

Déjà, l'arrêté de 1995 qui portait création des APP (activités physiques et professionnelles) englobant les sport, le tir et les techniques d'intervention, a permis de créer à l'époque les Animateurs en APP et les Moniteurs ... EXIT les moniteurs de tir comme moi

Est-ce que cette dernière appellation emporte aussi la qualification dans le tir ?  Certainement ...

Au niveau professoral ?

Je ne sais pas !


Dernière édition par Stovepipe le Lun 10 Juil 2017 - 20:36, édité 2 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Ze Webmaster le Lun 30 Jan 2017 - 17:45

Stovepipe a écrit:.. EXIT les moniteurs de tir comme moi

C'est exactement la raison pour laquelle, après plusieurs candidatures pour être moniteur de tir, j'ai tout simplement et totalement abandonné

Stovepipe, comme d'autres étaient des "monos de tir" qui savaient faire, et qui, en plus étaient présent en compétitions tant police que civile (mon mono à l'école d'officiers était JC ETCHEBERS, plusieurs fois champion de France en Standard)

Quand j'étais en poste dans le 62, il y avait Roland et Bernard (que Stovepipe à croisé) etc.................

Maintenant on veut du polyvalent
oui, pourquoi pas, mais comme à l'époque, je me sentais capable de faire tirer et en aucun cas de faire faire du sport, et maintenant on a des sportifs qui se complètent pas le tir
Ce n'est absolument pas une critique contre les personnes APP, mais un constat sur un domaine ou les choses ne marchaient pas si mal à un système plus fourre tout, et donc forcément moins bon en particulier

_________________
N'oublions pas un tireur célèbre : le baron Pierre de Coubertin; champion en son temps au pistolet libre !

QUE LE BON LÂCHER SOIT AVEC VOUS !
avatar
Ze Webmaster
Admin

Nombre de messages : 9225
Age : 54
Localisation : Juste en dessous du pays au plus fort PIB du monde
Date d'inscription : 15/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Mar 31 Jan 2017 - 1:15

hier, j'ai mis la  photo d'une arme magnifique quoique très rococo ... CI-DESSUS !

j'attendais vos réaction !?!
De plus, ce soir, je vos mets un éclaté 3D de l'arme sortie d'une animation trouvée sur le Web:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Mc_G le Jeu 2 Fév 2017 - 11:48

Merci pour vos éclairages.

Pour rebondir sur ce que dit ZW, l'évolution l'évolution la société et de la jurisprudence implique désormais de pouvoir basculer très rapidement d'un moyen à un autre pour ajuster en permanence le degré de force. D'où l'intérêt de cette qualification holistique.
Une autre possibilité aurait été de binômer des formateurs différents, chacun compétent et expert sur une portion mais ça aurait réduit le rapport encadrés / encadrants.

Mc_G
utilisateurs professionnels

Nombre de messages : 389
Age : 47
Localisation : France la plupart du temps
Date d'inscription : 22/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Stovepipe le Mar 7 Fév 2017 - 14:42

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />

Comparer une arme conçue après le Python c'est essayer de trouver des ressemblances entrer le jour et la nuit.

ce qui fait dire que ces mécanismes que plus de 60 ans séparent, c'est le sens de rotation  du barillet, à droite ...

Entre l'Anaconda et le python; maintenant, il n'y a pas photo. Exit le levier de rebondissement du marteau pour le remplacer par un levier de transfert (matricé). Quant aux ressorts, ils sont à boudin ce qui vous vous en doutez n'est pas synonyme du  moelleux dont nous parlions dans les premiers posts de ce sujet !

Que voulez-vous ma bionne dame, tout fout le camp !

Je remercie l'armurerie ARMAxTAN de St Bonnet près Riom pour la mise çà disposition de l'Anaconda pour effectuer le démontage et les phoios.  
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Stovepipe le Sam 12 Aoû 2017 - 22:00, édité 1 fois
avatar
Stovepipe
Admin

Nombre de messages : 8693
Age : 64
Localisation : Puy de Dôme
Date d'inscription : 15/04/2006

http://tirsportifpolice.forumpro.f

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Robert R@ndi le Mer 8 Fév 2017 - 14:09

...j'ai longtemps hésité ... cet excellent post de Stovepipe porte dans son titre la mention qui m'a ôté le doute : "du mythe à la réalité" Twisted Evil

...ne comptez pas sur moi pour dire du mal du Colt Python, qui ne le mérite pas Evil or Very Mad

...mais même les légendes les mieux établies ont des aspects critiquables, et cette arme n'y échappe pas Evil or Very Mad

...c'est de toute évidence un beau revolver, racé, qui "en jette", et qui tire droit Twisted Evil ; son palmarès en compétitions parle pour lui, et à l'évidence, servi par un rechargement bien adapté, une arme de match de tout premier plan.

...un temps, il a été utilisé par des unités de Police, au moins aux USA ... mais était-ce vraiment une arme "de service" ? ... à partir d'ici, un doute s'installe Suspect

...j'ai possédé un tel animal quelques temps, avec de nombreux tests à l'appui, afin de savoir s'il était opportun de le porter en service (c'était le bon temps Laughing ), pour finalement décider que non : avec d'excellentes bonnes raisons.

- poignée volumineuse qui handicape un port discret, (on est pas tous Bullitt Laughing )

- problèmes pour "rester en ligne" lors de tirs instinctifs,

- problèmes de maintien de l'arme dans ces conditions, surtout avec des mun. puissantes,

- mécanique en double action manquant de netteté.

...je n'ai reconnu que ces points "contre" cette arme remarquable, mais je pourrais aussi ajouter que pour un volume très voisin, la solidité de l'ensemble m'est toujours apparue moindre que sur les S&W 27 et 28 ... et divers test avec des rechargements "vivifiants" en ont prouvé la véracité : mun. qui passaient à l'aise dans un 27 et gonflaient dans le Colt Suspect

...alors dans l'ensemble, le Python comme arme d'agrément et de stand, un oui franc et massif ; mais comme arme de service un non sans appel.

...ceci est bien entendu un avis personnel, qui ne doit empêcher personne de se faire plaisir avec l'arme de son choix ... surtout un Python Wink

_________________
...je recharge, DONC,  a priori, je suis un ignorant... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
...vieillir, c'est la seule manière efficace pour vivre longtemps [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
...le meilleur coup qu'ait réussi le Diable, c'est de faire croire qu'il n'existait pas [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] (Usual Suspects)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Robert R@ndi
Admin

Nombre de messages : 11343
Age : 73
Localisation : Var
Date d'inscription : 07/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Ze Webmaster le Mer 8 Fév 2017 - 20:39

Robert R@ndi a écrit:...c'est de toute évidence un beau revolver, racé, qui "en jette", et qui tire droit Twisted Evil ; son palmarès en compétitions parle pour lui, et à l'évidence, servi par un rechargement bien adapté, une arme de match de tout premier plan.

Désolé de jeter un froid
mais dans quelles compétitions
Car en "gros calibre" ISSF, ben, il est totalement absent

Il s'agit certes d'une légende, mais en compétition ............. On ne le trouve pas

_________________
N'oublions pas un tireur célèbre : le baron Pierre de Coubertin; champion en son temps au pistolet libre !

QUE LE BON LÂCHER SOIT AVEC VOUS !
avatar
Ze Webmaster
Admin

Nombre de messages : 9225
Age : 54
Localisation : Juste en dessous du pays au plus fort PIB du monde
Date d'inscription : 15/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Robert R@ndi le Jeu 9 Fév 2017 - 7:47

...il serait plus juste de dire "on ne le trouve plus" ... tant de choses ont changé, en plus de cinquante ans ! Twisted Evil

_________________
...je recharge, DONC,  a priori, je suis un ignorant... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
...vieillir, c'est la seule manière efficace pour vivre longtemps [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
...le meilleur coup qu'ait réussi le Diable, c'est de faire croire qu'il n'existait pas [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] (Usual Suspects)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Robert R@ndi
Admin

Nombre de messages : 11343
Age : 73
Localisation : Var
Date d'inscription : 07/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par erbea le Jeu 9 Fév 2017 - 8:13

Malgré sa superbe detente, je le trouve trop lourd en 6 pouces pour ne pas fatiguer en match.
avatar
erbea

Nombre de messages : 1692
Age : 54
Localisation : Autricum - Pays des Carnutes - Région Centre
Date d'inscription : 15/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Ze Webmaster le Jeu 9 Fév 2017 - 13:39

Robert R@ndi a écrit:...il serait plus juste de dire "on ne le trouve plus" ... tant de choses ont changé, en plus de cinquante ans ! Twisted Evil

C'est sur qu'il n'est pas judicieux de comparer maintenant avec "dans le temps""
n'empêche qu'à mes débuts je voyais plein de S&W, et presque pas de Python

_________________
N'oublions pas un tireur célèbre : le baron Pierre de Coubertin; champion en son temps au pistolet libre !

QUE LE BON LÂCHER SOIT AVEC VOUS !
avatar
Ze Webmaster
Admin

Nombre de messages : 9225
Age : 54
Localisation : Juste en dessous du pays au plus fort PIB du monde
Date d'inscription : 15/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par erbea le Jeu 9 Fév 2017 - 14:15

Il y a donc des choses qui ne changent pas...
avatar
erbea

Nombre de messages : 1692
Age : 54
Localisation : Autricum - Pays des Carnutes - Région Centre
Date d'inscription : 15/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par ancien45 le Dim 12 Fév 2017 - 13:38

+ 1 pour l'analyse de Robert,
et pour le souvenir de plein de SW, si mes souvenirs sont exacts, les SW étaient à l'époque abordables, eux ... pas le python qui nécessitait de casser une grosse tirelire, je me souviens que quand j'ai acheté mon diamonback -toujours là -, il m'avait couté un bras.
Qui a un très vieux catalogue genre Kettner pour vérifier ( ici, j'ai pas avant 2006, faudra que je monte au grenier)
avatar
ancien45

Nombre de messages : 397
Age : 65
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 09/10/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE REVOLVER COLT PYTHON, STAR DES ANNEES 70/80 (du mythe à la réalité)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum